Le Parti Ecologique Ivoirien



Lutte contre la circulation des armes légères : Le RASALAO-CI appelle les Ivoiriens à s’engager



samedi 28 mars 2009 - Par notrevoie.com



«L’Etat seul ne peut pas et pourra jamais garantir notre sécurité si nous ne nous impliquons pas dans le combat. Il y va de notre bien-être, de notre tranquillité d’esprit, de l’avenir de nos enfants et du devenir de notre nation». Par ces propos, Michèle Pépé, présidente du Réseau d’action sur les actions légères, section Côte d’Ivoire (RASALAO-CI) a lancé un appel à la mobilisation des Communautés ivoiriennes, pour lutter contre la prolifération et la circulation des armes, à travers le pays. C’était le samedi dernier à l’occasion d’une conférence publique organisée à Yopougon Kouté, sur le thème : «Contribution des communautés à la lutte contre la violence armée et l’insécurité urbaine». La présidente du RASALAO-CI a expliqué que la question de l’insécurité urbaine est une préoccupation qui touche le développement. Aussi, cela demande-t-il l’implication des acteurs sociaux, premiers bénéficiaires de la situation de paix et de quiétude du pays. Mieux, Michèle Pépé a relevé que ceux qui utilisent ou fabriquent les armes légères sont des citoyens. Comme tel, ils peuvent être sensibilisés par les acteurs sociaux. «Il nous faut donc tous, solidairement, nous mobiliser contre les détenteurs illégaux, les utilisateurs abusifs, les trafiquants et les fabricants de ces instruments de morts et de désolation. Parce que ces différentes catégories de personnages que je viens de citer vivent au milieu de nous», a-t-elle affirmé.
Diaby Baba, président du Centre national de la promotion de la non-violence et des valeurs démocratiques a évoqué les causes et les conséquences du phénomène de l’insécurité et la violence urbaine, à travers une communication sur le thème de la conférence. Selon lui, l’insécurité et de la violence urbaine sont le fait du manque de culture citoyenne, de la prolifération des armes légères, de la corruption et de la fracture sociale. Leurs conséquences se ressentent sur les fondements de la démocratie et le développement.
Le Lieutenant Colonel Kouassi Patrice, expert en armes légères et de petits calibres a éclairé le public sur le concept des ALPC. Il a relevé qu’il y a environ 640 millions d’armes légères en circulation, à travers le monde. Il a soutenu également que la situation d’insécurité dans un pays a des conséquences graves sur l’économie, au point où elle fait fuir les investisseurs.
Le président de la Commission nationale sur les armes légères, le général Adjoussou a félicité le RASALAO-CI pour son action de sensibilisation. Il a appelé les politiques à s’engager aux côtés du RASALAO-CI pour gagner le pari de paix et la sécurité pour tous les habitants de la Côte d’Ivoire.


César Ebrokié 


Source : notrevoie.com

Les Verts D'Europe  verts au parlement europeen       Le logo des verts de France  Ecolo   FéPEV-RAO     

Reproduction interdite du site

haut de page haut de page