Le Parti Ecologique Ivoirien



Déclaration de la Convention de la société civile ivoirienne à l’occasion de la journée internationale de la femme.


Rejoignez-nous sur 

lundi 08 mars 2010 - Par news.abidjan.net


Comme chaque année, le 08 Mars est la Journée Internationale de la femme. Cette année 2010 est particulière en ce sens qu’elle est proclamée au plan international, « année d’égalité des droits, égalité des chances et progrès pour tous » et au plan national, « année d’élections et de promotion de l’égalité des chances »,
A cet égard, la Commission pour l’Etat de Droit et l’Egalité des chances (CEDEC) de la Convention de la Société Civile Ivoirienne (CSCI) peut féliciter l’Etat Ivoirien pour la ratification de la Convention Internationale pour l’Elimination de toute forme de discrimination à l’égard de la Femme (CEDEF) et pour la déclaration solennelle du Chef de l’Etat Ivoirien sur l‘égalité des Chances, l’équité et le genre.
Toutefois, la CEDEC de la CSCI observe, entre autres, les faits saillants suivants :
- le protocole additionnel à la Charte Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples relatif aux Droits de la Femme n’est pas encore ratifié par la Côte d’Ivoire ;
- le quota minimum de 33% pour la représentativité des femmes dans les rencontres, les programmes de développement, les instances de prise de décisions en général et particulièrement aux postes électifs n’est pas respecté en Côte d’Ivoire où les femmes constituent seulement 8,5% des députés, 5,6% des maires et 7% des membres de l’actuel gouvernement ;
- les femmes sont victimes de disparités économiques car elles ne gagnent dans le secteur informel et dans le secteur agricole que 33% et 22% des revenus des hommes.
- certaines pratiques sociales, culturelles et religieuses asservissantes et dégradantes pour la femme prospèrent sans une réaction suffisante et appropriée des pouvoirs publics.

II – RECOMMANDATIONS FORTES
Au regard de ce qui précède, la Commission pour l’Etat de Droit et l’Egalité des chances (CEDEC) de la Convention de la Société Civile Ivoirienne (CSCI) demande avec insistance à l’Etat de Côte d’Ivoire de prendre incessamment les mesures suivantes :
- ratifier le protocole additionnel à la Charte Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples relatif aux Droits de la Femme ;
- s’approprier la résolution 1325 du Conseil de Sécurité des Nations Unies pour mettre fin à la violence, au viol et aux abus sexuels dont les principales victimes sont les femmes, avec pour conséquences la propagation du VIH/sida ;
- mettre en œuvre effectivement le document de politique nationale sur l’Egalité des Chances, l’Equité et le Genre ;
- mettre en œuvre avec une plus grande détermination les dispositions des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) et du Document de Stratégie de Réduction de la pauvreté (DSRP) favorables à la promotion de la femme ;
- mettre un terme aux violations graves des droits fondamentaux des femmes en particulier celles perpétrées sous couvert du respect de pratiques culturelles, religieuses et modernes nuisibles à l’émancipation de la femme ;
- renforcer les mesures incitatives pour la scolarisation de la petite fille, l’alphabétisation des femmes et l’éducation des filles dans le secondaire et le supérieur ;
- intégrer la dimension genre dans tous les programmes de développement économique et social.
Par ailleurs, la CEDEC de la CSCI demande aux ONG de recenser toutes les pratiques sociales nuisibles à la promotion de la femme afin d’obtenir, à terme, leur abolition. Elle leur demande enfin de poursuivre leurs œuvres d’éduction et de sensibilisation en faveur des femmes.


Source : abidjan.net

Les Verts D'Europe  verts au parlement europeen       Le logo des verts de France  Ecolo   FéPEV-RAO     

Reproduction interdite du site

haut de page haut de page