Le Parti Ecologique Ivoirien



DECLARATION DU PREMIER MINISTRE SUR LE DESARMEMENT Un général de Licorne contredit Soro Guillaume




 samedi 20 décembre 2008 - Par lematindabidjan.com
 


Deux systèmes sécuritaires se côtoient en zone occupée par les ex-rebelles. Il s’agit d’une part du système des comzones et celui que forme le corps préfectoral. Les critiques à ce sujet d’un général français méritent d’être connues de tous..

Il y a un peu plus de deux semaines que le premier ministre est hors du pays. Son absence prolongée est due à des raisons personnelles. D’où les «visites privées» annoncées ces derniers temps, en vue d’expliquer sa présence «à Paris». Sur les bords de la Seine, le chef du gouvernement, issu de l’accord de Ouagadoughou (APO), a cru bon de faire des déclarations. Pour rompre le silence, qui finissait par intriguer nombre d’Ivoiriens. Brisant donc la glace, le co-signataire de l’APO a donné de la voix. Ainsi, Soro Guillaume a-t-il pris fait et cause pour ses collaborateurs au sein des Forces nouvelles (Fn). Il a assené que «le débat sur le désarmement avant les élections est dépassé». Et le premier ministre de s’appuyer sur un désarmement des ex-combattants, qui a, selon lui, été effectif. «Le désarmement des combattants des ex-rebelles a bel et bien eu lieu et s’est déroulé en trois phases sous l’égide des forces impartiales», a-t-il dit comme pour répondre au FPI. qui, avait fait ressurgir le débat sur le désarmement. Mais le premier ministre ne croit pas si bien dire. Car, avant même le président du parti présidentiel, un observateur militaire et non des moindres avait relevé le contraste de la cohabitation des ‘’comzones‘’ avec le corps préfectoral, en zone centre-nord-ouest (CNO). «Il faut mettre fin au règne des com-zones», avait assené le général Bruno-Clément Bollée, le jour même de son départ de la Côte d’Ivoire. Nous étions en juillet dernier, peu après la défiance à l’autorité dont s’est rendu coupable le “comzone” de Séguela, Koné Zackaria. Dire simplement qu’il faut sortir les chefs de guerre de l’ex-rébellion du système sécuritaire, est un témoignage objectif sur le désarmement. Tant il avoue que le désarmement au niveau des intouchables que sont les ‘’comzones‘’ reste encore entier. Même parti du commandement de la force Licorne, les propos du général sont toujours un désaveu. A toute personne qui prétendrait que le contentieux du désarmement a été entièrement vidé. Le général français relève aux yeux de la communauté internationale un blocage dans le dénouement de l’accord politique de Ouagadougou. Car, il est, en effet, inconcevable, commentait-il, que l’on parle de ‘’commandants de zone‘’ là où les préfets, sous-préfets et secrétaires généraux de sous préfectures, représentants de l’Etat, doivent avoir droit de cité. Comme solution, l’ex-commandant de la force Licorne recommandait un démantèlement pur et simple de ce qu’il a appelé «le dispositif sécuritaire» de l’ex-rébellion. «Il faut démonter ce système pour le mettre en adéquation avec la sortie de crise», avait-il fermement préconisé. Du temps où il a fait ces déclarations à nos jours, rien de concret n’a été fait dans le sens de sa proposition.

Safiatou Ouattara

Source : lematindabidjan.com

Les Verts D'Europe  verts au parlement europeen       Le logo des verts de France  Ecolo   FéPEV-RAO     

Reproduction interdite du site

haut de page haut de page