Le Parti Ecologique Ivoirien




Bombardement de Bouaké : LA FRANCE LEVE LE SECRET DÉFENSE




 samedi 20 décembre 2008 - Par fraternité Matin
 


Pour permettre au juge d’instruction français de mener à bien sa procédure engagée contre l’armée ivoirienne, l’Etat français vient de lever le secret défense qui interdisait l’accès au dossier sur le bombardement de Bouaké. Selon l’Agence France presse (AFP), cette déclassification de documents sur la Côte d’Ivoire porte également sur l’affaire concernant le meurtre de Mahé Firmin, mort étouffé dans un blindé français le 13 mai 2005 à Man en Côte d’Ivoire.



Cette levée d’entrave sur la procédure n’apporte rien aux enquêtes initiées à Abidjan. Le premier responsable de ces enquêtes, le procureur de la République, Tchimou Raymond Féhou, joint par téléphone, le fait savoir en ces termes : « Nous avons émis des commissions rogatoires auxquelles les autorités françaises n’ont pas encore donné de suite favorable. La déclassification des documents dont la demande n’émane pas de nous peut nous intéresser à condition qu’elle contribue à la manifestation de la vérité que nous recherchons tous. » Les magistrats ivoiriens, selon le chef du parquet d’Abidjan, demandent avec insistance à la France, l’exhumation des corps des militaires français tués lors du bombardement par les sukhoi ivoiriens, aux fins de procéder, comme l’exige la procédure criminelle, à l’autopsie des corps. 



C’est par une requête introduite auprès du ministre de la Défense, que Florence Michon, juge d’instruction au Tribunal aux armées de Paris (TAP), a pu obtenir de la Commission consultative du secret de la défense nationale (CCSDN) l’avis favorable à la déclassification desdits documents. Il s’agit pour cette Commission étatique qui ne révèle jamais le contenu des informations militaires, d’une déclassification partielle des trois documents dont un, émanant de la Direction du renseignement militaire. Ces documents sont relatifs au bombardement du camp militaire français de Bouaké en Côte d’Ivoire en 2004.



Le juge Florence Michon qui est aussi en charge de l’information judiciaire sur le meurtre de Firmin Mahé en 2005 a, par le même procédé, obtenu la déclassification d’un document du ministère de la Défense. Dans cette dernière affaire, cinq militaires français dont trois se trouvaient à bord du blindé en question, sont poursuivis pour homicide volontaire et complicité pour les deux autres. Ce qui est différent de la première affaire. En effet, dans le bombardement du camp militaire français de Bouaké où neuf Français, ainsi qu’un civil américain auraient été tués, les poursuites judiciaires sont engagées contre des militaires et certaines autorités ivoiriennes. Les avis de déclassification qui viennent de se faire par la CCSDN, devront être entérinés par le  ministre de la Défense, Hervé Morin. Un acquis certain quand, selon nos sources, tous les avis jusque-là rendus par cette Commission ont été suivis dans leur quasi-totalité.  



Landry Kohon

Source : fratmat.info

Les Verts D'Europe  verts au parlement europeen       Le logo des verts de France  Ecolo   FéPEV-RAO     

Reproduction interdite du site

haut de page haut de page