Le Parti Ecologique Ivoirien



Message de Nouvel an Anaky propose ses recettes pour 2009




 mercredi 07 janvier 2009 - Par nordsud.htm



Le président du Mouvement des forces d’avenir, Innocent Anaky Kobena, a livré, hier, son message aux Ivoiriens à l’occasion du Nouvel an;

Le leader du Mfa, dans son adresse à la nation, a fait le constat, à travers un tableau moins reluisant, que l’année écoulée a été une période difficile tant au plan social, économique que politique. Tous les indicateurs, selon lui, sont au rouge.

«Cette situation traduit, encore si besoin est, le fait que les théories de défense des intérêts du peuple que les opposants d’hier nous ont servies n’étaient que pure démagogie, et que, jusqu’à présent, du moins avec la mise en place du nouveau comité de gestion dirigé encore par des refondateurs et des «amis de la refondation» rien ne nous laisse présager d’une rémunération plus équitable du labeur de nos braves paysans», a-t-il martelé, parlant de la gestion de la filière café-cacao.

Et, de poursuivre, avec la même verve: «Les fluctuations vertigineuses des cours du pétrole sur le marché international avec leurs répercussions au niveau national ont permis aux Ivoiriens de se rendre à l’évidence de l’opacité et du flou artistique qui entourent la gestion des ressources générées par notre secteur énergétique (gaz et pétrole)».

Derrière ce tableau sombre de la situation sociopolitique et économique, avons-nous le droit d’espérer?

L’ancien ministre répond par l’affirmative.

«Une autre Côte d’Ivoire est possible, et au seuil de cette nouvelle année 2009, le Mouvement des forces d’avenir (Mfa) souhaite que le gouvernement inscrive dans l’ordre des priorités absolues, le quotidien des Ivoiriens. Pour ce faire, un certain nombre de mesures doivent être prises d’urgence, visant à: diminuer le prix du carburant à hauteur de 400 Fcfa le litre pour le gasoil, qui par le poste transport, intervient dans la structure des prix de toutes les denrées de première nécessité, subventionner le prix du riz de grande consommation pour le maintenir à 250 Fcfa le Kg quoiqu’il en coûte aux caisses de l’Etat; mobiliser auprès des banques commerciales, des fonds spéciaux pour le financement d’entreprises par les nationaux, autant dans l’agriculture, l’agro industrie et les services, ce qui constitue la voie incontournable pour la création d’emplois pour les jeunes», a-t-il préconisé.

Sur le plan politique, fait-il remarquer, il est clair que les milliards nécessaires au retour définitif à la vie civile des quelque 80.000 à 10.000 ex-combattants Forces nouvelles et miliciens de tous bords (ce qui doit être effectif au moins deux mois avant l’élection présidentielle) ne pourront pas être mobilisés avant de longs mois par le trésor public déjà à la peine pour assurer la paye des fonctionnaires et assimilés.

«Cette situation fait de l’année 2009, une année hypothétique pour la tenue des élections dans notre pays, surtout que la Commission électorale indépendante, elle-même se refuse, avec sagesse et prudence, à avancer toute date pour la fin de l’opération préliminaire d’identification tant que les garanties financières ne lui sont pas données», ponctue-t-il.

S’il faut déjà se résigner à une élection probable en 2010, a-t-il questionné, pourquoi ne pas avoir le bon sens – les mandats de l’exécutif et du législatif étant largement échus – d’opter carrément et tout de suite pour une transition de 18 à 24 mois, la priorité étant donnée à la restauration de l’autorité de l’Etat, au redressement économique, à la création d’emplois, et à l’amélioration des conditions de vie des plus défavorisés?

Innocent Anaky Kobena pense qu’il serait bon d’instituer un forum réunissant les signataires des Accords de Marcoussis, les autres partis et groupements politiques, les représentants des autorités traditionnelles et religieuses, et les professionnels qui pourrait se terminer par la mise en place d’un « Grand conseil de la République » d’une centaine de membres.

«La confiance reviendrait alors automatiquement entre Ivoiriens et du côté de l’international, car une telle décision confirmera que les responsables ivoiriens ont trouvé entre eux un consensus minimal basé sur le respect de l’intérêt du pays. (…) La crise sans précédent que traverse notre pays ne prendra fin que si nous restons mobilisés et ne laissons aucune place pour le doute et l’incertitude.

Il nous faut donc nous mobiliser pour prendre part activement aux opérations d’identification et de recensement électoral en cours en vue de notre victoire certaine aux prochaines échéances électorales», a-t-il conclu.

K. Marras. D

Source : nordsud.htm

Les Verts D'Europe  verts au parlement europeen       Le logo des verts de France  Ecolo   FéPEV-RAO     

Reproduction interdite du site

haut de page haut de page