Le Parti Ecologique Ivoirien



Financement des élections : "C'EST CELUI QUI ORGANISE QUI PAIE", AFFIRME L'AMBASSADEUR DE FRANCE




lundi 30 juin 2008 - Par Fraternité Matin

L’ambassadeur de France en Côte d’Ivoire, André Janier, a expliqué ce lundi à l’occasion d’un entretien avec les journalistes du groupe Fraternité Matin, la différence qu’il voit entre les élections en Côte d’Ivoire et celles qui ont eu lieu dernièrement en RDC et au Libéria.

« En RDC et au Liberia, ce sont les Nations unies qui ont organisé les élections de A à Z. Elles ont tout organisé. Elles ont fait venir des urnes et les ont distribuées. Et, c’est normal. C’est celui qui organise qui paye », a déclaré le diplomate français.

« En Côte d’Ivoire, ce sont les Ivoiriens qui organisent les élections après les accords de Ouagadougou. Et nous avons applaudi des deux mains cette décision », a poursuivi André Janier.

Pour le diplomate français, « le peu d’empressement » décrié notamment dans la presse ivoirienne ne relève cependant pas d’un sentiment de « dépit » éprouvé par l’ancienne puissance coloniale. Après l’abandon de l’accord de Linas Marcoussis pour celui de Ouagadoudou qui est vue comme une « solution africaine » après un « dialogue direct » entre Ivoiriens.

Bien au contraire, au dire de l’ambassadeur de la France en Côte d’Ivoire, la communauté internationale, en général, est « prête à aider les Ivoiriens, à organiser les élections dans de meilleures conditions ». « Nous nous employons aujourd’hui à mobiliser les grands bailleurs de fonds que sont les institutions internationales et l’UE…Nous leur disons qu’il faut absolument aider les Ivoiriens à organiser les élections du 30 novembre », a affirmé André Janier.

Au cours de ses échanges avec les journalistes, le diplomate français a aussi rejeté toute information tendant à affirmer que l’entreprise Sagem est un choix de Paris pour contrôler le processus d’identification. « Nous ne sommes jamais intervenus dans l’affaire Sagem. Ni avant, ni pendant, ni après. Sagem est une entreprise française mais c’est une multinationale », a ajouté André Janier.

Dans tous les cas, l’ambassadeur français a dit reconnaître que « l’aide que nous octroyons est toujours insuffisante ». Même si pour lui, la France « n’a pas à rougir » de sa contribution, par rapport à celle des « nouveaux amis » de la Côte d’Ivoire.

Vendredi dernier, le porte-parole du Premier ministre ivoirien avait indiqué que le manque d’argent constitue une « menace dramatique » pour le respect du 30 novembre 2008, comme date du premier tour de la présidentielle. Lançant à nouveau un appel aux bailleurs de fonds à « mettre la main à la poche ». Ce lundi même, le directeur de la Communication des Forces nouvelles (ex-rébellion), Alain Lobognon, avait, quant à lui, estimé que ce manque de moyen financier met « le processus de paix en danger ». « On attend des aides qui ne viennent jamais », avait encore dénoncé M. Lobognon, s’exprimant dans un contexte marqué par une mutinerie de soldats des FN à Vavoua et à Séguéla.


Barthélemy KOUAMÉ
barthelek@fratmat.info




Source : fratmat.info

Les Verts D'Europe  verts au parlement europeen       Le logo des verts de France    FéPEV-RAO  

Reproduction interdite du site

haut de page haut de page