Le Parti Ecologique Ivoirien



Opération “ville morte” : Abidjan entièrement paralysé, hier




mercredi 16  juillet 2008 - Par Le Temps
 


Abidjan, la capitale de la Côte d'Ivoire a été entièrement paralysée par un mouvement de syndicats des transporteurs pour s'opposer à l'augmentation fulgurante des prix des produits pétroliers.

L'opération " ville morte " lancée lundi dernier, par certaines organisations syndicales des transporteurs pour protester contre la flambée des prix du carburant était à son deuxième, jour hier mardi. Le constat est amer. Les activités ont été paralysées sur l'ensemble du territoire de la capitale ivoirienne. A Cocody, les véhicules woro-woro qui sont sortis très tôt le matin pour travailler, ont été priés par des badauds mal intentionnés de garer leur véhicule. Il en est de même pour les taxis compteurs. Contrairement à la veille, ces taxis aux couleurs rouges avaient bravé les badauds pour travailler. Même constat dans les communes d'Adjamé, Yopougon et d'Abobo, fiefs des différents responsables des transporteurs. Qui aidés des coxers de gbaka ont dressé des barrages pour empêcher les véhicules de circuler et de vaquer à leur occupation quotidienne. Ce triste constat a été observé aussi dans les communes de Koumassi, Treichville, Marcory et de Port-Bouët. Aucun taxi n'est sorti dans ces quatre différentes communes. Mettant en " congé technique ", les travailleurs de ces communes. Au Plateau, centre des affaires, si certains agents de l'Etat et fonctionnaires se sont retrouvés nombreux sur leur lieu de travail, cependant plusieurs d'entre eux n'ont pas eu cette chance. Ils sont restés terrer chez eux à domicile. Car, bloqués dans leurs différents quartiers faute de véhicules. Malgré cette situation très compliquée, la Société des Transports abidjanais (SOTRA) essaie de jouer son rôle de transporteur public. Ses engins ont fonctionné normalement. Ce, malgré la casse de deux de ses véhicules hier, ajouté au 12 autres détruits la veille. A en croire, Mme Bamba, de la cellule communication de cette structure, le travail se fait normalement sur le réseau. Malgré ce mot d'ordre, les activités commerciales et économiques n'ont pas été ébranlées. Les secteurs tels que la Douane, le Port autonome d'Abidjan, la direction du Trésor public, et celle des impôts ont fonctionné quant à eux correctement. Il en est de même pour l'Aéroport international Félix Houphouët-Boïgny. A l'intérieur du pays, la mayonnaise n'a pas pris. A Daloa, dans la cité des antilopes, les activités de cette zone ont fonctionné correctement. " Nous ne savons pas pourquoi paralyser la ville. Alors qu'on nous parle de négociation avec le gouvernement", a indiqué un responsable de syndicat de transporteurs de la ville joint. A Yamoussoukro, la capitale politique ivoirienne, les transporteurs de cette ville n'ont pas suivi le mot d'ordre de leurs collègues abidjanais. Ils ont vaqué à leur occupation quotidienne. Cette situation a été constatée dans les autres villes du pays. Une réunion était prévue hier très tard, entre le ministre de la Sécurité et les responsables syndicaux des transports. A en croire un responsable des transporteurs, le mouvement pourrait se poursuivre encore, ce matin.

Joseph Atoumgbré
attjoseph@yahoo.fr

Source : abidjan.net

Les Verts D'Europe  verts au parlement europeen       Le logo des verts de France  Ecolo   FéPEV-RAO     

Reproduction interdite du site

haut de page haut de page