Le Parti Ecologique Ivoirien




5e réunion du CEA, hier, à Ouagadougou :
Guillaume Soro claque la porte



vendredi 11  juillet 2008 - Par Le Nouveau Reveil


L a cinquième réunion du comité d'évaluation et d'accompagnement de l'accord politique de Ouagadougou s'est tenue hier à la salle des plénières du complexe Ouaga 2000 de la capitale du Burkina Faso. Cette rencontre a connu des moments de tension, à tel point que le Premier Ministre ivoirien Guillaume Soro a claqué la porte, abandonnant le facilitateur Blaise Compaoré, les membres de l'Organe consultatif international (OCI) et les différentes délégations dans la salle.
" Nous ne sommes pas venus à un jeu de dames ", a déclaré Alain Logbognon, chef de la délégation des ex-rebelles des Forces Nouvelles à la cinquième réunion du CEA, cela pour traduire l'atmosphère houleuse qui a entouré cette assise périodique d'évaluation de l'Accord Politique de Ouagadougou. Comme annoncée dans l'édition du Jeudi 09 Juillet de votre quotidien préféré, l'ordre du jour était consacré au financement du processus électoral et la sécurisation du processus tout entier. Selon des sources internes proches de la rencontre, le Premier Ministre Guillaume Soro a soulevé la question de financement du programme de sortie de crise qui constitue une épine dans le pied de L'Etat ivoirien et a pressé les membres de la communauté internationale présents dans la salle pour la mise à disposition très rapide des ressources financières en vue de respecter l'échéance du 30 Novembre 2008. Mais, l'OCI a suggéré à la Côte d'Ivoire de pré financer et les aides suivront. D'ailleurs, la Côte d'Ivoire est désormais éligible au Fonds de consolidation de la paix des Nations Unies. Toute chose qui pourrait faciliter la mise en place de fonds additionnels. Cependant, nos sources révèlent que le Premier Ministre aurait plaidé pour un appui plus prompt, faute de quoi, le pays ne peut mobiliser les fonds propres, c'est-à-dire réunir les ressources nécessaires, qu'en Décembre 2008 et que c'est à ce moment que le gouvernement pourrait annoncer ou fixer une nouvelle date des élections. Automatiquement, le Représentant Spécial du Secrétaire Général des Nations Unies (RSSG) en Côte d'Ivoire, le Sud-coréen Choi Y a rappelé le respect des engagements pris par les parties signataires pour la date du 30 Novembre 2008. Il a fallu parfois toute la sagesse du facilitateur Blaise Compaoré pour calmer le jeu. S'il est vrai que le financement du processus électoral est totalement bouclé, les autres étapes comme le service civique, le PNRRC… demeurent sans financement. Le gouvernement ivoirien a promis de faire le point de la trésorerie une fois à Abidjan en vue d'engager les priorités. Enfin, l'Etat va organiser une anticipation de recettes pour relever les défis de financement.

Paul Koudou
Envoyé spécial à Ouagadougou

Source : lenouveaureveil.htm

Les Verts D'Europe  verts au parlement europeen       Le logo des verts de France    FéPEV-RAO  

Reproduction interdite du site

haut de page haut de page