Notre pays : La Côte d'Ivoire


armoiries-de-la-C.I L'hymne de la Côte d'Ivoire : L'Abidjanaise

Salut ô terre d'espérance
Pays de l'hospitalité
Tes légions remplies de vaillance ont relevé ta dignité
Tes fils chère Côte d'Ivoire
Fiers artisans de ta grandeur
Tous rassemblés et pour ta gloire
Te bâtiront dans le bonheur
Chers ivoiriens, le pays nous appelle
Si nous avons dans la paix ramené la liberté
Notre devoir sera d'être un modèle
De l'espérance promise à l'humanité
En forgeant unis dans la foi nouvelle
La patrie de la vraie fraternité.


Ecologie : Côte d'Ivoire dans le monde

Etre candidat aux élections présidentielles en Côte d'Ivoire


Est-ce de la discrimination, de la ségrégation positive ou l’égalité dans le droit de tout citoyen à vouloir s’affirmer ? A chacun sa lecture et sa conscience !

Les Conditions à remplir pour être candidat aux élections présidentielles


En la forme : Considérant que le dossier de l’intéressé comporte :
Une déclaration de candidature à l’élection du Président de la République.
Une déclaration personnelle de candidature revêtue de la signature du candidat dûment légalisée
Un extrait d’acte de naissance
Un certificat de nationalité ivoirienne
Une déclaration sur l’honneur de non renonciation à la nationalité ivoirienne et de jouissance de la nationalité ivoirienne à titre exclusif,
Une déclaration sur l’honneur précisant que le candidat ne s’est jamais prévalu d’une autre nationalité



Humour …
Coup de boule !

Zidane il a frappé certes,
Mais, c’est à déconseiller…


Un extrait de casier judiciaire en vu des élections
Un certificat de résidence en vue des élections
Un certificat médical en vu des élections
Un reçu de cautionnement de 20 millions
Une photocopie de la carte d’identité nationale
Deux mandats spéciaux délivrés à ses collaborateur en vue d’agir en ces lieux et place pour le de sa candidature
Une photocopie de la page numéro 153 du Journal Officiel de la République de Côte d’Ivoire en date du 13 février 1997 contenant le décret N° 97-54 du 29 janvier 1997 portant révocation du candidat
Une déclaration sur l’honneur relative à la continuité de résidence pendant le délai exigé par la loi
Le symbole du candidat
L’arbre généalogique au deuxième degré du candidat.

William OTTA et le Président du Parti Ecologique Ivoirien Edmond N'GOUAN
L'ancien ministre du Congo Brazzaville Mr William OTTA
et Mr Edmond Edouard N’GOUAN

Président du Parti Ecologique Ivoirien



PRÉSENTATION DE LA COTE D’IVOIRE


L’histoire de la Côte d’ivoire - Le tracé des frontières


La superficie est de 322000 KM carré. La Cote d’Ivoire est une ancienne colonie française. Elle estTreich-Laplene limitée au nord par le Mali et le Burkina persuadé, (anciennement Soudan Français), a l’est, par le Ghana (Cote de l’or anglaise), à l’ouest par la Guinée et le Libéria. Au sud, par l’océan atlantique.

Les cours d’eaux sont : la Comoé ou Aloba, le Bandama, le Cavally, le Sassandra et le Sans Pedro. Certains de ces fleuves sont navigables à partir de leurs embouchures sur 100 KM environs.

La température varie entre 19 et 36 degrés sur le littoral et un peu plus au nord. L’occupation effective de la Cote d’Ivoire par la France n’eut lieu qu’en 1842. 1887 est la date de ratification du traité du 4 Juillet 1843, entre le roi Amatifou et la France représentée par Bouet Villaumez; Ceci pour le premier point côtier officiel; à savoir Assini et le royaume de Krindjabo.

En ce qui concerne le territoire de la Cote d’Ivoire proprement dit, rappelons les traités signés par Treich-Laplène et les rois des différents pays :


Traité de Bettié :                             13  mai            1887  Nangui abrogoua Chef des Ebrié  
Traité de l’Indénié :                           25  juin           1887
Traité des pays Dabou :                      2  juillet         1887

Pays   de l’Alangoua :                                13  juillet            1887
Pays   de Yakassé                                      21  juillet            1887
Pays   de Cottobi :                                     23  juillet            1887
Pays   de l’Abron et Bondoukou :               13  novembre    1888

L’Etat  de Kong :                                        10  janvier         1889
Pays   de Djimini :                                       26  janvier         1889

Pays   de l’Anno :                                          8  février          1889 Versement de l'or au colon à Bondoukou (Côte d'Ivoire)
Pays   de Moyen Lahou :                            30   août            1890
Pays   de Fresco :                                       31   août            1890
Pays   de Petit Lahou                                    5  avril             1891
Pays   de Kotrou                                          12  avril             1891
Pays   de Trepow                                        16  avril             1891
 
Pays   de Sassandra                                   22  avril             1891
Pays   de Bereby                                         24  avril             1891

Pays   de Victory                                          27   avril           1891  
Pays   de Cavaly :                                        05   mai            1891
Pays   de Grand Drevin                                25   octobre      1891


Il y a lieu de compléter cette liste par le passage de Binger en 1887 à partir de Tingrela, mais il n’y eut alors pas de traité car celui-ci était alors signé avec les rois Bambara dont dépendaient les Sénoufos.

Tout ceci découlant du traité dit < de Berlin > en 1885 qui disait qu’un territoire, pour appartenir à une nation qui la Revendique, devait ère occupé physiquement par celle-ci, les points côtiers ne pouvant être considérés comme une implantation à l’intérieur.

D’où cette course entre Français et anglais, ceux-ci ayant décrété que la frontière serait la Comoé etLe Chef Kanga d'Agnibilekro en 1889 (Côte d'Ivoire) les Français la Tanoé à 10 KM à droite de la piste des caravanes.

Pour établir le territoire il devenait urgent de fixer les limites est et les limites ouest.

Les frontières du Libéria fixée au Cavally, les Américains libériens l’ayant formellement acceptée et donc garantie grâce au traité signé le 4 Février 1868, lequel, bien qu’incomplet dans ses termes de souveraineté avec les rois de Grand et de Petit Bereby, de Bassame et de Demba Gué (l’intérieur immédiat étant considéré soit comme vide, soit comme des territoires du roi de Grand Bereby). Le nord n’étant autre que le Soudan déjà Français, qui s’étendait alors jusqu’en dessous de Touba Séguéla.

A partir de ce dernier traité, les bases de la Cote D’ivoire étaient créées, pour constituer l’état de la Cote d’Ivoire, il fallait encore assurer la présence physique à l’intérieur de ce carré ainsi délimité.

La présence Française à aussi exactement 300 ans : c’est en 1687 que le père Gonzalvez fonda la mission d’Assinie (1687-1830). Les Français représentés par les missionnaires et les commerçants s’installent avec plus ou moins de réussite sur cette portion de cote comprise entre Fresco et Assinie.

(Extrait tiré du livre de monsieur et madame André et      Affo Guénéguez : les 100 ans de la C. I.)                                    


Trech-Laplène-avec-ses-miliciens-en-1887          Voyage-du-colon-en-HAMAC


Tous les pays dans le monde ont été constitués en partie, par l’immigration. Au moment du tracé des frontières dans le monde, nétaient considérés comme citoyens d’un Etat, que les personnes figurant dans la circonférence donnée. Toutes personnes en dehors devenaient étranger au pays. Ils devennaient alors, citoyens du pays dont le tracé de la frontière englobait. Il n’existe non plus, pas dans le monde, un seul pays qui n’est régi par une frontière délimitée par une circonférence.


Les lois en Côte d’Ivoire
Ont fait de certains ivoiriens
Nés d’un parent étranger,
Des sous citoyens et des apatrides.
Tous les Ivoiriens doivent pouvoir
prétendre aux mêmes DROITS,
parce que nés du sang ivoirien.
Donc pouvoir tous prétendre
AUX ELECTIONS PRESIDENTIELLES
Revoyons nos lois
Ne frustrons pas et ne rejetons pas.
NOTRE SANG – NOS ENFANTS

Il n’y a non plus pas un seul pays dans le monde où les résidants frontaliers n’ont pas de famille de l’autre côté de la frontière. Aucun pays au monde ni la Côte d’Ivoire ne constitue une exception. Dans sa circonférence, les lois, la souveraineté doivent être respectées. L’arme ne change pas une loi, il n’y a que la loi qui abolie la loi et change la loi. Donc par les urnes, l'on est approuvé  pour faire parti de ceux qui ont l'apptitude de changer les lois. Vu les différents traités, nous sommes tous à égalité, propriétaires terriens, propriétaires à égalité de toutes les terres dans toutes les régions ET CE, SIMPLEMENT parce que chacun de nous, a donné sa terre pour créer le pays. Tout nous appartient en commun.

Comme précédemment dit, nous sommes tous également et équitablement propriétaire de chaque portion de notre terre. Il n’y a alors pas de nordistes ni de sudistes, mais des citoyens ivoiriens. La religion, le nom, la tenue vestimentaires ne sont que des identités et des choix dans les identités. Cela veut dire que nous formons une multitude d’identités, chacun étant différant déjà de l’autre. C’est de cette pluralité que sort la richesse d’un pays. La diversité dans un pays est une force, une richesse. Donc ce qui compte est l’homme ivoirien, le citoyen frère qu’il compose. Et non la simple identité qui ne fait que définir une appartenance de vie et de choix. Ce qui compte, je le redis, c’est le peuple nation que nous composons.




Cette page et ses photos sont un hommage aux Ivoiriens qui en combattant
AVEC ET POUR LA FRANCE, ONT DONNE LEUR SANG ET LEUR OR
QUE LES ESPRITS CHAGRINS S’EN SOUVIENNENT !



1889 Déjà la Douane à Bondoukou        CAMPAGNE DE 1914 – 1917 - En Alsace - Nègre de la Côte d’Ivoire sur la route                                                                                        CAMPAGNE DE 1914 – 1917 - En Alsace - Nègre de la Côte d’Ivoire sur la route

Haute Côte d’Ivoire Revue de troupe milice colonial à Odiéné en 1889          Sans commentaire
  Revue de troupe milice colonial à Odiéné en 1889                                        Sans commentaire

Un commis des affaires indigènes dans la brousse à Azaguié

BOA Kouassi roi de l’Indénié dans son Hamac pour accueillir le colon Les travaux forcés en 1916 Constructions des routes du débarcadère du plateau en Côte d’Ivoire
                Le roi d'Abengourou recevant le colon                                                          Le travail forcé
 

Dans la création de la Côte d’Ivoire Les Diomandés ont été des coopérants efficaces  Akassimadou roi de Krindjabo et sa cour
 Les Diomandés ont été des coopérants efficaces                         Akassimadou roi de Krindjabo et sa cour
  
Le long de la voie feree les indigenes venant saluer le ministre français  Agboville en 1934 Accueil du ministre des colonies par la garde coloniale indigène
      
 Le lieutenant gouverneur Angoulvant - Le grand chef baoulé venu faire sa soumission  Recuperation des fusils des rebelles

Fondateur de la colonie de Côte d'Ivoire - Marcel TREICH-LAPLENECentenaire de la Côte d’Ivoire 1887 - 1888 - 1988
Centenaire de la Côte d’Ivoire 1887 - 1888 - 1988

Toutes ces belles cartes issues de la grande période coloniale sont tirées du livre de monsieur et madame Guenneguez. Ce livre n’a pas été mis en vente. Il a été distribué à ses proches et amis. A partir de ces images, vous pourriez comprendre que la Côte d’Ivoire n’appartient ni au sud, parce que la capitale y est, ni au nord, ni à l’est ni à l’ouest et plus encore ni au centre. Mais, à tout le peuple. Car c’est chaque région qui a signé pour donner sa terre. Alors, où qu’on soit dans le pays, nous sommes chez nous.

Aimons-nous.
Edmond Edouard N’GOUAN


Les traditions ivoirirennes

"Côte d’Ivoire, pays de l’hospitalité" clame l’hymne national, "L’Abidjanaise". Au delà d’une simple hospitalité de convenance, les hôtes apprécient l’environnement familial qui est la source de l’ouverture de l’ivoirien aux autres. L’ivoirien sait qu’il est débiteur de l’association humaine qu’il a trouvé autour de lui à sa naissance, des parents, de la famille, des amis, qui l’ont guidé et l’ont initié à la vie, d’où un culte des ancêtres très dévoué et un profond respect du passé. La tradition ivoirienne a ses raisons que la raison ne connaît pas, pourrait on dire lorsque l’on entend certains récits mystiques, truffés d’éléments surnaturels. Autre facette des valeurs ivoiriennes, la tradition orale est très développée : les griots constituent la mémoire des villages, les conflits et les problèmes de famille sont souvent résolus en prenant conseil chez les sages, au pieds de "l’arbre à palabre".

Quelques aspect géographiques

carte de la Côte d'Ivoire

Entre le Tropique du Cancer et l’Équateur, la Côte d’Ivoire bénéficie d’un climat tropical humide. Les saisons sèches et humides alternent avec des températures oscillant autour de 28° C en moyenne. Ce climat favorise le développement d’une végétation luxuriante dans le Sud tandis que le Nord du pays est couvert de savanes plus ou moins boisées. Le relief, essentiellement constitué de plaines et de plateaux, est peu accidenté, exception faite de l’Ouest du pays où le Mont Nimba culmine à 1753m.

Tout savoir sur la Côte d’Ivoire

Population : 17 000 000 habitants. 0-14 ans: 46,21%; 15-64 ans: 51,57%; + 65 ans: 2,22%
Superficie : 322 460 km²
Densité : 50 habitants/km²
Frontières terrestres : 3 110 km (Liberia 716 km; Ghana 668 km; Guinée 610 km; Burkina Faso 584 km; Mali 532 km)
Littoral : 515 km
Extrémités d'altitude : 0 m > + 1.752 m
Espérance de vie des hommes : 44 ans (en 2001)
Espérance de vie des femmes : 46 ans (en 2001)
Taux de croissance de la population : 2,51% (en 2001)
Taux de natalité : 40,38 ‰ (en 2001)
Taux de mortalité : 16,65 ‰ (en 2001)
Taux de mortalité infantile : 93,65 ‰ (en 2001)
Taux de fécondité : 5,7 enfants/femme (en 2001)
Taux de migration : 1,4 ‰ (en 2001)
Indépendance : 7 août 1960 (ancienne colonie française)
Lignes de téléphone : 400.000 (en 2005)
Téléphones portables : 2.000.500 (en 2005)
Postes de radio : 2,26 millions (en 1997)
Postes de télévision : 900.000 (en 1997)
Utilisateurs d'Internet : 20 000 (en 2000)
Nombre de fournisseurs d'accès Internet : 10 (en 2005)
Routes : 50 400 km (dont 4 889 km goudronnés) (en 1996)
Voies ferrées : 660 km (en 2000)
Voies navigables : 980 km
Nombre d'aéroports : 36 (dont 7 avec des pistes goudronnées) (en 2000)
Indicatif téléphonique : 225
Langue nationale : français
Capitale politique : Yamoussoukro
Capitale économique : Abidjan
Monnaie : Franc CFA
Fuseau horaire : UTC+0

Source : Wikipedia




Les Verts D'Europe   verts au parlement europeen          Le logo des verts de France    Ecolo     FéPEV-RAO     



Reproduction interdite du site

haut de page haut de page