Le Parti Ecologique Ivoirien



UNICITE DE CAISSE DE L’ETAT Les dangers qui menacent la date du 15 janvier




 mercredi 14 janvier 2009 - Par lematindabidjan.com



L’engagement réel des Forces nouvelles à sortir la Côte d’Ivoire de la crise sera soumis à évaluation dans trois petits jours. Pour voir si oui ou non l’accord complémentaire de Ouaga IV a des chances de prospérer.

“Conscientes que le financement du processus de sortie de crise est de la responsabilité principale des Ivoiriens eux-mêmes, les deux Parties ont décidé de la mise en œuvre immédiate du redéploiement de l’administration fiscale et douanière dans la zone CNO sur la base de l’unicité des caisses, afin de permettre à l’Etat de disposer de recettes fiscales actuellement perdues et dont le recouvrement pourrait permettre le financement de certaines opérations du processus de paix. L’unicité des caisses devra être effective au plus tard le 15 janvier 2009». Voici ce qu’indique l’article 10 du Titre 5, intitulé «Du financement du processus de sortie de crise », du 4ème accord complémentaire de l’APO, signé le 22 décembre dernier à Ouagadougou entre le président de la République et Guillaume Soro, sous l’arbitrage du président Blaise Compaoré, médiateur dans la crise ivoirienne. Si on s’en tient à l’esprit mais surtout à la lettre de cet article, dans trois jours, le règne des «comzones », qui depuis plus de six ans, font la pluie et le beau temps dans les zones CNO, prendra fin. Pour faire finalement place aux services réguliers de l’Etat, invités à se redéployer dans cette partie du carré ivoirien pour restaurer l’autorité de l’Etat sur toute l’étendue du territoire national. A quelques 72 heures de cette échéance attendue par tous et qui marquera une avancée significative dans la conduite du processus de sortie de crise, le premier ministre et les Forces nouvelles s’attèlent en ce moment à multiplier les signaux de leur bonne foi. C’est ainsi que sous la houlette du ministre de l’enseignement technique, Dosso Moussa, qui fait office de ministre de l’économie et des finances dans l’architecture des Forces nouvelles, ils ont multiplié, ces derniers jours, les rencontres avec les chefs de communautés ethniques, les opérateurs économiques et les transporteurs de Bouaké. Objectif, informer tout ce beau monde de la nécessité de parvenir à l’unicité des caisses de l’Etat. Une campagne de sensibilisation, rappelons-le, déjà entamée à la mi-décembre 2008 à l’endroit des mêmes acteurs. Aussi pour montrer que les Forces nouvelles se préparent à franchir un palier supérieur dans la conduite du processus de paix, le Garde des Sceaux, ministre de la Justice et des Droits de l’homme, convoque à une importante réunion d’information, demain au Conseil économique et social, tous les Magistrats des zones CNO, nommés le 5 août 2006 par le président de la République, tous les greffiers et tous les surveillants des établissements pénitentiaires affectés dans les zones sus-citées, sur décision du Garde des Sceaux en date du 22 novembre 2004. L’objectif, on l’imagine bien, est de rendre effectif le redéploiement de l’administration judiciaire dans les zones CNO. Au vu de ce qui précède et si rien de fâcheux ne vient contrarier l’engagement de Guillaume Soro et les siens, l’on pourrait facilement arguer que le premier ministre relèvera le challenge de la mi-janvier courant. Seulement, voilà ; la conduite du processus de sortie de crise en Côte d’Ivoire est loin d’être un long fleuve tranquille. En effet, si on en croit des informations émanant de sources proches des services secrets ivoiriens, les trois jours devant nous conduire au 15 janvier, pourraient être très mouvementés. Et cela surtout dans l’ouest du pays, précisément à la frontière guinéenne d’où le danger de la déstabilisation de l’accord politique de Ouagadougou (Apo) pourrait venir. Selon certains rapports dressés par les agents de renseignement, le couple Doué-IB qui ne rentrerait pas dans les plans du nouveau pouvoir élu d’Accra, aurait ces derniers jours choisi de jeter son dévolu sur les nouvelles autorités guinéennes dans l’optique d’y prendre pied pour dérouler son action contre Gbagbo et Soro. Or si un assaut que l’on dit de plus en plus imminent vient effectivement à être lancé de ce côté-là du carré ivoirien, il va sans dire que les Forces nouvelles, prétextant une attaque de leurs positions, procèderont sans autre forme de procès à la suspension du redéploiement de l’Administration sur toute l’étendue du territoire national. Idem pour l’unicité des caisses de l’Etat qui sera rejeté aux calendes grecques, car il ne faut pas perdre de vue que l’application de cette décision privera les FN de plusieurs dizaines de milliards engrangés chaque mois. Certaines mauvaises langues qui doutent de la profession de foi de l’ex-rébellion quant à la stricte observation de l’article 10 de Ouaga IV, vont jusqu’à soutenir qu’en dehors de la menace constituée par IB et Doué, certains « comzones»,-qui n’entendent pas abandonner le système de prédation qui les enrichit depuis le début de la crise-, se préparent à favoriser des agitations en zones CNO, avant le 15 janvier, pour contraindre le premier ministre à faire marche-arrière sur ces deux avancées significatives attendues de tous. Tels sont les écueils qui menacent de faire dérailler le train de la paix et de la normalisation conduit par Guillaume Soro. L’homme ira-t-il cette fois au bout de sa logique de paix maintes fois clamée ces derniers mois? Le Secrétaire général des Forces nouvelles triomphera-t-il des faucons de son camp afin de donner un contenu réel à sa signature ? Les Ivoiriens croisent les doigts.

Géraldine Diomandé


Source : lematindabidjan.com

Les Verts D'Europe  verts au parlement europeen       Le logo des verts de France  Ecolo   FéPEV-RAO     

Reproduction interdite du site

haut de page haut de page