Le Parti Ecologique Ivoirien



Croissance et perspectives économiques - Le secteur privé ivoirien craint le pire en 2009




lundi 29 décembre 2008 - Par L'Intelligent d'Abidjan
 


L’année 2008 aura été un passage à vide pour nombre d’opérateurs économiques du secteur privé, même si la croissance au plan macro-économique paraît positive. 2009 s’annonce encore plus difficile eu égard à des évènements internes à la Côte d’Ivoire et à l’évolution du contexte mondial de l’environnement des affaires. Déjà l’on indique que la répercussion de la crise financière internationale sur la croissance économique mondiale se situerait autour de 2%. Une situation qui n’est pas sans conséquence étant donné la croissance en Côte d’Ivoire est fixée à 3,9% pour la période 2009 ainsi que le budget de finances au titre de la même année.

vu que le budget de fonctionnement de l’Etat au titre de l’année 2009 (2.464,3 milliards de FCFA) est fondé sur l’hypothèse d’un ralentissement de la croissance économique mondiale en 2009, du fait de l’impact de la crise financière internationale, le secteur privé ivoirien ne croit à aucune perspective de relance de l’activité économique. Il est désarçonné par plusieurs éléments qui selon lui, sont des priorités qui doivent être résolues. A ce niveau, Daniel Bréchat, président du Mouvement des Petites et moyennes entreprises en Côte d’Ivoire, relève le report des élections qui, selon lui, ne rassure pas les investisseurs. A cela, il s’inquiète de la situation précaire dont est victime le secteur privé. Car, non seulement il n’est pas en mesure de faire de nouveaux investissements, mais les dettes dues par l’Etat de Côte d’Ivoire ne sont pas payées. Une situation qui cause des désagréments aux PME/PMI. Par conséquent, la croissance économique ne peut se réaliser comme souhaitée. Au regard du contexte mondial de l’environnement des affaires, Daniel Bréchat reste persuadé que le pire est à venir. Car, selon lui, la situation des entreprises sera plus difficile en 2009 que celle que vécue en 2008. Pour aspirer à une quelconque croissance, Daniel Bréchat demande le paiement de la dette intérieure des fournisseurs. Le budget 2009 de l’Etat prévoit au titre de la dette intérieure 368,4 milliards de FCFA. Quant aux prévisions au titre de l’investissement, 329,3 milliards de FCFA sont annoncés. Mais, face aux attentes de plus en plus nombreuses, ce portefeuille ne saurait résoudre le problème de la relance et de la croissance économique. Mieux, pour aspirer à une réelle croissance, un plan de relance de l’activité économique s’impose aujourd’hui en Côte d’Ivoire. C’est un impératif pour les autorités ivoiriennes si elles souhaitent réellement créer les conditions d’une industrialisation, en donnant la possibilité aux PME/PMI de ‘’s’exprimer’’. Toute chose qui va contribuer à la réduction de la pauvreté (estimée aujourd’hui à plus de48%) et accroître le revenu des ménages. Sans cette volonté réelle, le secteur privé ne croit à aucune possibilité de vouloir relever le défi du développement.

Honoré Kouassi

Source : abidjan.net

Les Verts D'Europe  verts au parlement europeen       Le logo des verts de France  Ecolo   FéPEV-RAO     

Reproduction interdite du site

haut de page haut de page