Le Parti Ecologique Ivoirien



Cherté de la vie - Comment le gouvernement a joué avec le feu




mercredi 16  juillet 2008 - Par L'Intelligent d'Abidjan
 


Les journées du lundi 14 et mardi 15 juillet 2008 ont été fortement perturbées par la grève des transporteurs. Cette grève, comme on le sait, est motivée par la dernière hausse du prix du carburant à la pompe, mais aussi par l’absence de système de régulation des prix des produits sur marché ivoirien. Les commerçants étant libres, peuvent de ce fait, imposer aux consommateurs, le prix qu’elles le souhaitent. Pour amener l’Etat à revoir la structure des prix, une grève de deux jours dite ‘’journées ville morte’’ à Abidjan et dans quelques villes de l’intérieur. Cette grève qui a été diversement suivie, semble ne pas dire grand chose au gouvernement. Tous les Ivoiriens qui ont suivi, bout en bout les manifestations depuis le lundi, ont pu se rendre compte qu’aucune réaction du gouvernement appelant à l’apaisement n’a été dite. Une attitude qui laisse à croire que la grève était du bluff. Et pourtant, des dégâts majeurs, tant au plan social qu’économique ont été causés. Des travailleurs n’ont pu regagner leurs domiciles qu’à pieds. Il en est de même pour des malades décédés à la maison à cause de cette grève. En clair, les conséquences sociales sont énormes. Au plan économique, il faut noter que des camions de vivriers n’ont pu regagner Abidjan. Or une déclaration apaisante, aurait pu éviter aux Ivoiriens la journée d’hier. Malheureusement, rien n’a été fait. Un silence

Source : intelligentdabidjan.org

Les Verts D'Europe  verts au parlement europeen       Le logo des verts de France    FéPEV-RAO  

Reproduction interdite du site

haut de page haut de page