Le Parti Ecologique Ivoirien



Pénurie d’eau à Tiébissou : Gbagbo promet 300 millions




mardi 03 mars 2009 - Par fratmat.info



Les problèmes d’eau seront bientôt un lointain souvenir pour les populations de Tiébissou. Le Président Laurent Gbagbo a décidé de financer, à hauteur de 300 millions de Fcfa, le plan d’urgence, à court terme, présenté par les responsables techniques de l’eau. C’est la bonne nouvelle qui ressort de l’audience que le Chef de l’Etat a accordée, hier, à Yamoussoukro, aux autorités politiques de Tiébissou. Notamment le député Yves Fofana, le président du conseil général,  Yobouet Pascal,  et le maire Luc Koffi. Conduits par le préfet Nassa Dakouri Guillaume, préfet de la région des Lacs, ces élus ont tenu à rencontrer le Chef de l’Etat pour lui expliquer les problèmes récurrents d’eau potable rencontrés par les populations depuis bientôt une décennie. Une situation intenable en saison sèche, où la pénurie d’eau dure des mois. Le Président Laurent Gbagbo, dont le souci premier est et demeure le bien-être des populations, a immédiatement donné une suite favorable à cette requête.  Comme en témoigne le préfet Nassa Dakouri : «Je voudrais d’abord préciser que je suis là parce que Tiébissou fait partie de la région des Lacs dont je suis le préfet. Nous sortons d’une audience que le Chef de l’Etat a bien voulu nous accorder relativement à la situation de l’eau potable de la ville de Tiébissou. Le besoin journalier est de 900m3 d’eau par jour alors qu’actuellement la production est de l’ordre de 450m3. Donc,  il y a une insuffisance chronique et permanente de 450m3 d’eau par jour. Cela veut dire qu’au quotidien, il y a des parties entières de la population qui manquent d’eau, en temps normal. Mais quand il fait chaud et que la sécheresse est accentuée, ce sont plus de 450m3, voire 550m3 de manque. A l’issue de cette audience, le Président nous a annoncé de bonnes nouvelles. Il nous a dit que dans les très prochains jours, il ferait quelque chose pour soulager les populations». Et le préfet Nassa Dakouri Guillaume de révéler que dans un premier temps, ce sont plus de 200 à 300 millions de Fcfa qui seront dégagés pour les travaux d’urgence. «Vous savez qu’il y a plusieurs niveaux de travaux. Il y a des travaux qui vont consister,  en dernière analyse, à raccorder Tiébissou au réseau de Yamoussoukro. Mais dans l’intervalle, il y a des travaux intermédiaires où il faut creuser des forages et les interconnecter. Cette première étape est estimée globalement à 200 à 300 millions de Fcfa. Et c’est  cette somme que le Chef de l’Etat va donner. C’est pourquoi nous lui disons merci car cela va soulager énormément nos parents», dira-t-il en sus. Visiblement très soulagé par cette bonne nouvelle, M. Yobouet Pascal, président du conseil général de Tiébissou,  a indiqué que plusieurs études ont été faites et des rencontres  ont eu lieu en vue de résoudre cet épineux problème. Sans grand succès jusqu’ici. C’est pourquoi ils ont tenu à rencontrer le Président de la République. «Il a eu une oreille très très attentive à notre problème. Il nous a démontré qu’il était déjà au courant du problème de Tiébissou. Les discussions n’ont donc pas été très longues», a déclaré à la presse le président du conseil général.



Notons que le préfet de Tiébissou, Gombagui Gueu Georges, Gnalla Vincent, directeur régional de la Sodeci, Kobénan Kouassi, directeur de l’hydraulique humaine,  et Gogo Dibo, directeur des infrastructures économiques de Yamoussoukro,  étaient  présents à cette audience.    



N’dri Célestin    



Les causes du mal


Le problème qui se pose à Tiébissou depuis plus d’une décennie est bien simple. Il part du fait que les installations qui existent aujourd’hui, ont été dimensionnées,  il y a plus de 37 ans, pour alimenter une population estimée à l’horizon plus 15, c’est-à-dire jusqu’en 1988 à 9000 habitants. Selon M. Kobénan Kouassi,  directeur de l’hydraulique humaine, Tiébissou compte aujourd’hui plus de 24000 habitants. En conséquence, la production journalière ne suffit plus pour alimenter toute la population. C’est dire qu’il faut nécessairement refaire de nouvelles installations, en attendant qu’une solution définitive soit trouvée. «A très court terme, il s’agit de faire des forages avec des pompes électriques, avec un traitement assez léger, qui puisse injecter cette eau dans le réseau afin de satisfaire nos parents. Pendant ce temps, des solutions complémentaires durables seront cherchées pour résoudre définitivement le problème d’eau. Il s’agit de raccorder Tiébissou au réseau de Yamoussoukro. Ce qui permettra à tous les villages situés sur cet axe et qui souffrent des mêmes problèmes d’eau d’être également soulagés», a indiqué M. Kobénan.                                     

N. C  

Source : fratmat.info

Les Verts D'Europe  verts au parlement europeen       Le logo des verts de France  Ecolo   FéPEV-RAO     

Reproduction interdite du site

haut de page haut de page