Le parti Ecologique Ivoirien



LOGO

Par Natacha Crnjanski Reuters 

Dimanche 15 juillet, 08h56

 

PARIS (Reuters) 

- Les stations sont quasi prêtes, le bouche à oreille fonctionne et la météo consent peut-être enfin à devenir estivale: 

Velibtout semble en place pour le lancement à Paris de Vélib', le vélo en libre-service, que les cyclistes attendent avec une curiosité mêlée de prudence.

Dès dimanche, 750 stations réparties dans Paris, dont une dizaine autour de chaque gare, devraient proposer 10.648 vélos. Une cartographie des stations est annoncée sur le site internet (www.velib.paris.fr)

L'afficheur JC Decaux qui, en échange de la mise en place de Vélib' et d'un "loyer" annuel, a obtenu des droits exclusifs sur de nombreux emplacements publicitaires de la capitale, se disait quasi prêt mercredi et faisait état, selon un décompte effectué en début de semaine, de 9.000 abonnements annuels contractés.

"Numériquement, on va augmenter considérablement la place du vélo en ville", se félicite Jérôme Fenez, 38 ans, de l'association Vélocité!, qui milite pour un usage accru du vélo en ville (http://www.velocite-movies.com). Fin 2007, le nombre de vélos et de stations devrait être doublé. 

"Mais 10.600 vélos, c'est 10.600 accidents possibles", souligne-t-il, rappelant l'accrochage mortel survenu la semaine dernière près de la place de la République, où une cycliste de 25 ans a été écrasée par un 15 tonnes. "Il ne faut pas que le vélo pâtisse d'une mauvaise mise en place."

En attendant l'entrée en vigueur de ce qui s'annonce comme le programme le plus ambitieux au monde de vélo en libre-service - en France, il en existe déjà un à Lyon et d'autres sont en projet notamment à Mulhouse et Aix-en-Provence - une station de démonstration a été ouverte dans chaque arrondissement.

Sorties du sol à toute vitesse ces derniers mois, ces stations comportent une borne où l'on peut consulter la liste des vélos disponibles et charger sa carte Vélib' ou payer par carte bancaire, et d'emplacements où accrocher les vélos.

"SI TOUT EST FAIT POUR LE VÉLO, C'EST BIEN"

Rue de la Grange batelière, dans le 9e arrondissement, Olivier et Marie expliquent depuis la mi-juin le fonctionnement de Vélib' aux curieux. En dix minutes, trois personnes s'arrêtent. Toutes comptent s'abonner, comme Céline, une architecte de 36 ans.

"J'ai pas mal de rendez-vous dans Paris, pas très loin. C'est un peu dangereux (le vélo) mais c'est plus agréable que le bus. Si tout est fait pour le vélo, c'est bien", dit-elle.

"Pionnière" du vélo, qu'elle utilise depuis sept ans à Paris, Ica, 53 ans, compte prendre un Vélib' pour tous ses trajets. "C'est pas cher: trois carnets de métro pour toute l'année! Comme ça on a toujours un vélo en bon état", dit-elle. "Ici, entretenir un vélo soi-même est un problème: on risque de se le faire voler ou de le retrouver amoché."

D'un design moderne, ces vélos gris à trois vitesses sont munis d'un antivol et d'une corbeille à l'avant mais pas de siège bébé. Leur poids conséquent (22kg) s'explique selon Vélib' par "les matériaux et composants utilisés, (...) plus résistants et fiables que ceux utilisés sur un vélo classique".

La station de la Grange batelière, sise dans un quartier animé et souvent perclus de véhicules, a été érigée devant le restaurant "Le Central", dont le personnel paraît ravi.

"Ca va éviter d'avoir des camions devant la vitrine. Les clients nous disent aussi que c'est mieux", explique Colette, la patronne. "J'essaierai peut-être, même si c'est un peu dangereux. Il faut encore voir si c'est pratique."

Le terrain est favorable: selon le Conseil national des professions du cycle, la France est le quatrième pays au monde pour la consommation de vélos - 5,7 vélos pour 100 habitants - après le Japon, les Pays-Bas et les Etats-Unis. En 2006, les Français ont en outre acheté plus de 3,5 millions de cycles.

 

UNE "VÉLORUTION" ?

 

Reste à convaincre les citadins d'en faire usage en milieu urbain. La ville de Paris compte 370km de pistes cyclables qui ne font pas toujours l'unanimité. "J'ai l'impression que les gens qui conçoivent les voies de circulation pour vélos ne sont pas utilisateurs eux-mêmes", déplore Jérôme Fenez.

Même son de cloche chez Mieux se déplacer à bicyclette (MDB). Créée en 1974 et revendiquant 600 adhérents, MDB se présente comme la plus grande association de cyclistes urbains de France. On s'y dit "curieux de l'évolution du cyclisme à Paris avec le lancement de Vélib'".

"En jetant environ 20.000 cyclistes de plus dans les rues, cela va faire ressortir les manques en terme d'aménagement et de communication", estime Norma Mashaal, trésorière de MDB.

L'abonnement coûtera 29 euros à l'année, et la première demi-heure d'utilisation sera gratuite - selon une enquête réalisée en 2005 par l'Observatoire des déplacements dans la capitale, la durée moyenne d'un déplacement à vélo est de 25 minutes. Le coût croît pour chaque demi-heure supplémentaire.

"Nous espérons que l'utilisation des voitures va diminuer et que les gens vont choisir de prendre un vélo ou le bus", expliquait récemment Gwenaëlle Joffre, responsable de la communication à la mairie de Paris, qui supervise le projet.

Pour Ica - qui pense sans doute aux mesures d'écologie urbaine déjà adoptées dans son Allemagne natale - "tout ce qui est vert a du retard à Paris". "Il faut rendre les choses plus collectives, les gens plus responsables", plaide-t-elle.

Une belle gageure.

Source : fr.news.yahoo.com




Les Verts D'Europe        Le logo des Verts Mondiaux         Le logo des verts de France          FéPEV-RAO



Reproduction interdite du site

haut de page haut de page