Le Parti Ecologique Ivoirien



Journée mondiale de l’eau : Appel du Ministre Fadiga à la lutte contre le gaspillage


Rejoignez-nous sur 

lundi 22 mars 2010 - Par Fraternité Matin


   Le monde entier célèbre aujourd’hui, la Journée mondiale de l’eau autour du thème «de l’eau propre pour un monde sain». Et ce, conformément aux recommandations de la Conférence des Nations Unies sur l’Environnement et le développement. Elle offre ainsi, l’occasion à toute la planète de s’appesantir sur la problématique liée à la disponibilité et l’usage de la précieuse ressource que constitue l’eau, pour l’humanité entière. D’où cette importante déclaration du ministre de l’Environnement, des Eaux et Forêts, Karim Fadiga, à la population ivoirienne, au nom du gouvernement.

S’appuyant sur le thème de cette édition, il exhorte vivement chacun de ses compatriotes à se détourner d’un certain nombre de pratiques, hautement préjudiciables à la qualité et la conservation de la ressource. Il s’agit, notamment d’éviter de gaspiller l’eau et d’y jeter toutes sortes d’ordures; d’éviter également de rejeter directement les effluents issus des industries, aussi bien dans l’eau que dans le sol, de traiter les eaux usées, avant leur rejet dans la nature ; enfin, de s’abstenir de pêcher avec les produits toxiques.

Autant d’actes qui, s’ils sont scrupuleusement respectés par les uns et les autres, en plus des efforts que déploieront les pouvoirs publics, auront pour effet de garantir à tous, «la disponibilité et l’accès à une eau propre et moins cher, sur toute l’étendue du territoire», soutient le ministre Fadiga. Ces mesures sont d’autant plus nécessaires qu’en Côte d’Ivoire, relève le ministre de l’Environnement, cette célébration a lieu à un moment où, le système climatique subit une perturbation, la fourniture d’eau aux populations connaît par endroits des ruptures et certains cours d’eau se trouvent pour différents motifs pollués.

Et récemment, une étude a relevé les problèmes majeurs liés à l’eau qui se traduisent par les réalités suivantes : diminution de la recharge en eaux souterraines, modification du régime des eaux de surface, demandes hydroélectrique, ainsi qu’en eau rurale et urbaine insatisfaites, pollution, etc. «Tous ces problèmes trouvent leurs causes dans nos activités socioéconomiques, mais surtout dans nos comportements qui se traduisent par le peu d’intérêt que nous accordons à la protection de l’environnement, au moment où nous menons nos activités », déclare le ministre Fadiga. Pour sa part, l’Etat a déjà pris les dispositions légales pour garantir de l’eau propre à tous.

Ce sont les codes de l’eau, de la forêt et de l’urbanisme. En outre, il a mis en place des institutions chargées de la gestion des ressources en eau, de son exploitation et sa distribution. Il s’est aussi engagé dans la politique sous-régionale de Gestion intégrée des ressources en eau (Gire). Laquelle encourage la mise en valeur et la gestion coordonnée de l’eau, des terres, ainsi que des ressources associées, «pour maximiser le bien –être économique et social des populations».


Moussa Touré

Source : abidjan.net

Les Verts D'Europe  verts au parlement europeen       Le logo des verts de France  Ecolo   FéPEV-RAO     

Reproduction interdite du site

haut de page haut de page