Le Parti Ecologique Ivoirien



Filière palmier à huile : POUR ATTEINDRE LA CROISSANCE, LES EXPERTS PRECONISENT LA COMPETITIVITE DE TOUS LES ACTEURS




 vendredi 6 février 2009 - Par fratmat.info



Comment la filière palmier à huile en Côte d'Ivoire peut-elle résister aux différentes fluctuations de prix du marché international ? C’est pour apporter une réponse à cette interrogation que le directeur général de la Palm-ci, M. Angora Tano, a animé une conférence de presse hier, 5 janvier, à Abidjan. En tout cas, il a indiqué que la filière doit orienter toutes ses actions vers la compétitivité de tous les acteurs.
M. Angora Tano a expliqué qu’au niveau des plantations, il faut une progression de la productivité des champs afin d’accroître le revenu des producteurs. « Cela aidera la filière à accroître la production et entraîner d’autres acteurs dans ce secteur pourvoyeur d’emplois et de richesse », a-t-il commenté.
Avant de souligner que le potentiel ivoirien demeure important par une augmentation des superficies cultivables.
Au niveau industriel, le directeur général de Palm-ci préconise que les usines de première et seconde transformation prennent les décisions nécessaires pour faire baisser le coût de revient afin de rapprocher des standards mondiaux. « En investissant dans des installations plus efficientes, en améliorant la productivité de toutes les ressources, etc. », a déclaré M. Angora Tano.
Le directeur général de Palmci a révélé que son entreprise est en train d’adopter la même démarche de restructuration de la filière ivoirienne du palmier à huile.
En effet, le groupe Sifca a acquis la majorité de Palm-ci, principal producteur de palme brute en Côte d'Ivoire, et également celle de Phci, plantation de Unilever-CI. Ce partenariat fait partie du projet de restructuration de la filière ivoirienne du palmier à huile.
Par cette transaction, Sifca pilote le regroupement des activités de raffinage des 600 tonnes/jour d'huile de palme brute d'Unilever-CI et les 400 tonnes/jour de Cosmivoire au sein d'une nouvelle société dénommée Sania Cie. Celle-ci est détenue à 50,5% par la joint-venture Nauvu et 49,5% par Sifca.
Ainsi, le groupe Sifca peut désormais mener la réorganisation de la filière palmier à huile dont les prix de revient sont largement au-dessus des standards mondiaux. Les investissements nécessaires à cette modernisation seront menés à bien grâce aux capacités techniques et financières des actionnaires.
Le responsable du développement durable du groupe Sifca, M. Franck Eba, lui, a expliqué que dans cette restructuration son organisation a adopté la démarche développement dans la production de l’huile de palme.
Il a indiqué qu’il s’agit entre autres d’intégrer les aspects de sécurisation de l’outil de production, le logement selon la norme de l’entreprise, la lutte contre le Vih/Sida, le paludisme, etc. « 60% de nos objectifs sont atteints », a-t-il insisté.
En 2008 la Côte d'Ivoire a eu une production d’huile de palme brute de 350 000 tonnes dont 300 000 tonnes sont transformées sur place.

Théodore Kouadio
koudore@fratmat.info

Source : fratmat.info

Les Verts D'Europe  verts au parlement europeen       Le logo des verts de France  Ecolo   FéPEV-RAO     

Reproduction interdite du site

haut de page haut de page