Le Parti Ecologique Ivoirien




Suite à l’incident survenu à l’arrivée du Président du Faso le Président Gbagbo a pris des sanctions


vendredi 16 mai 2008  par Fraternite Matin
 


Air IvoireSuite à l’incident survenu à l’arrivée du Président du Faso,  le Président Gbagbo a pris des sanctions. 


Une semaine après la tenue de la 3e réunion du Cadre permanent de concertation (CPC) de l’Accord de Ouagadougou, le Chef de l’Etat s’est exprimé pour la première fois, à l’occasion du Conseil des ministres qui s’est tenu hier, sur la fausse note qui a énormément fait jaser et mis à mal l’image du pays. «Revenant sur l’incident survenu à l’aéroport de Yamoussoukro, lors de l’arrivée du Facilitateur du dialogue direct, Son excellence Monsieur Blaise Compaoré, Président du Faso, le Président de la République a qualifié d’inacceptable l’attitude laxiste des responsables d’un aéroport aussi important que celui de notre capitale politique qui, de surcroît, devrait être fonctionnel à tout instant, du fait de sa situation géographique stratégique et appelé à porter assistance à tout aéronef traversant l’espace aérien de notre pays. Le Chef de l’Etat a donc instruit le ministre en charge des Infrastructures économiques, de relever immédiatement de leurs fonctions tous ceux qui se sont rendus coupables des dysfonctionnements constatés à l’aéroport de Yamoussoukro».


L’on se souvient que le Chef de l’Etat du Faso avait été contraint de rester une trentaine de minutes dans le Boeing qui l’avait transporté à Yamoussoukro, parce que le véhicule qui tractait  l’échelle  de coupée a refusé de démarrer. Les services de sécurité de la Présidence ivoirienne avaient imputé cette faute au commandant de l’aéroport, Kamohan Méman. Lequel, sur instruction de sa direction générale, la Sodexam, n’a pas souhaité, pour l’heure, s’exprimer officiellement sur le problème. Deux autres questions d’actualité ont également été abordées par le Président Laurent Gbagbo; indique le communiqué succinct du Conseil des ministres lu par le porte-parole du gouvernement, le ministre Amadou Koné. Il s’agit du fléau du racket et de la corruption, d’une part, et de l’inflation galopante, d’autre part. S’agissant du premier fléau cité, le Président de la République a décidé de convoquer un Conseil des ministres qui sera spécialement consacré au racket et à la corruption «pour y trouver des solutions».


En ce qui concerne la cherté de la vie, le Chef de l’Etat a déploré que les mesures qu’il a prises soient restées sans effet. Le Président «a donc demandé au Premier ministre de prendre toutes les dispositions et mesures nécessaires pour que la baisse des prix soit effective dès la semaine prochaine». Le Président de la République a néanmoins adressé des satisfecits, notamment au Premier ministre, pour «l’excellente» organisation du CPC et pour son interview télévisée du 13 mai; et au ministre de la Justice, ainsi qu’à l’ensemble des équipes qui ont conduit les opérations des audiences foraines qui se sont déroulées et ont été achevées «sans incident». Le Conseil a noté que ces opérations «ont mobilisé 111 équipes et permis de délivrer à ce jour 586.755 jugements supplétifs sur 617.420 requêtes reçues». Mais, faisant droit aux recommandations du 3è CPC, le Chef de l’Etat a instruit le ministre Koné Mamadou «à traiter les demandes de rallonge (des audiences foraines) au cas par cas». Par ailleurs, le décret portant nomination du nouveau Chef du Protocole d’Etat, l’ambassadeur Koné Boubacar, a été signé au cours de ce Conseil.


Michèle Pépé

Source : fratmat.infot

Les Verts D'Europe  verts au parlement europeen       Le logo des verts de France    FéPEV-RAO  

Reproduction interdite du site

haut de page haut de page