Le parti Ecologique Ivoirien



Omar Bongo et Denis Sassou N'Guesso dans le collimateur
 de la justice française
FRANCE - 19 juin 2007 - AFP


BONGO le traitre africainLe parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire après des plaintes pour "recel", d'associations françaises accusant les chefs d'Etat Omar Bongo (Gabon) et Denis Sassou N'Guesso (Congo) de posséder en France des biens financés par de l'argent public détourné, a-t-on appris mardi de source judiciaire.

Cette plainte simple visant les faits de "recel de détournement de biens publics avait été déposée en mars dernier auprès du procureur de la République de Paris.

Le magistrat avait la possibilité de la classer sans suite, s'il l'estimait non-fondée, de confier le dossier à un juge d'instruction dans le cadre d'une information judiciaire, ou d'ouvrir une enquête préliminaire pour approfondir la question.

C'est cette dernière option qui a donc été privilégiée par le parquet.

Les trois plaignants sont l'association "Sherpa", un réseau international de juristes présidé par l'avocat William Bourdon, "Survie", qui dénonce le soutien de Paris à des dictateurs africains, et la "Fédération des Congolais de la diaspora".

"C'est une première. La France, comme d'autres pays, ne peut pas multiplier les engagements publics internationaux de lutte contre la criminalité financière et ne pas déclencher des procédures alors que des présomptions de recel de détournement d'argent public sont considérables s'agissant des familles Bongo et Sassou N'Guesso", a indiqué à l'AFP Me William Bourdon. 


Source : jeuneafrique.com

Le vautour

Un vautour reste un charognard

Source P.E.I




Les Verts D'Europe          Le logo des Verts Mondiaux          Le logo des verts de France              FéPEV-RAO



Reproduction interdite du site

haut de page haut de page