Le Parti Ecologique Ivoirien



Moralisation de la vie publique  : 4  POLICIERS ARRÊTÉS



mardi 17 juin 2008 - Par Fraternité Matin


Trois officiers et un agent voulaient faire réussir frauduleusement trois candidats au concours de police.

Dans la lutte engagée contre la corruption, le commissaire du gouvernement, le Lt/colonel Ange Kessy Kouamé Bernard vient de réussir un beau coup. En effet, le capitaine-major de police Mahan Jean et son collègue Tanoh Koutou Jean- François, lui aussi capitaine de police, tous deux en service à la Présidence de la République, de même que le  sous-lieutenant Tokalo Bi Zinvo, au service recrutement de la police,  et le sergent-chef Minlin Say, en fonction à l’Ecole nationale de police ont été mis aux arrêts pour avoir vendu des places à l’école nationale de police.


Les faits reprochés aux quatre policiers sont identiques et qualifiés d’escroquerie. Il s’agit de deux procédures dont l’une implique les trois officiers et l’autre, le sous-officier Minlin Say. Les prévenus, faisant croire à des candidats au concours direct des sous-officiers de police de la dernière session qu’ils pouvaient leur trouver des places,  se sont fait remettre la somme globale de deux millions neuf cent cinquante mille francs (2.950.000 F). Le capitaine major Mahan Jean, le capitaine Tanoh Koutou Jean et le S/Lt. Tokalo Bi Zinvo se sont partagé 1.800.000 F conformément au degré de responsabilité de chacun dans l’affaire. Cet argent, ils l’ont reçu du nommé Camara Yacouba, candidat malheureux au concours en question. Ce dernier dont le nom ne figure pas sur la liste des admis dit avoir reçu des trois responsables de la police et surtout des deux officiers à la Présidence de la République, toutes les assurances. C’est donc tout malheureux après la proclamation des résultats finaux et devant l’incapacité des trois policiers corrompus à lui rembourser son argent que Camara Yacouba, le corrupteur,  qui avait choisi la voie délictuelle pour entrer à l’école de police,  a décidé de porter plainte contre eux à l’Inspection générale des services de police (IGSP).


C’est pour le même concours et pour la même session que le sergent-chef Minlin Say, usant de ses prérogatives d’agent en fonction à l’Ecole nationale de police,  a été lui aussi contacté par deux candidats. Il s’agit des nommés Djédou Eba Julien et Koffi Ettien. Ceux-ci, en contrepartie de leur admission, ont versé au policier Minlin Say, la somme de 1.150.000 F. Mais les choses, vont mal tourner pour ces deux autres corrupteurs après la proclamation des résultats dudit concours. Djédou Eba Julien et Koffi Ettien ont alors saisi l’IGSP.


C’est donc sur saisine de l’IGSP que le chef du parquet militaire, le Lt/colonel Ange Kessy, a interpellé les quatre policiers. Entendus par un juge d’instruction militaire, devant lequel ils auraient avoué les faits au vu des preuves accablantes, ils ont été placés sous mandat de dépôt depuis le 11 juin dernier et détenus à la Maison d’arrêt militaire d’Abidjan.


Le commissaire du gouvernement, Ange Kessy, encouragé par les déclarations du Président de la République, SEM. Laurent Gbagbo,  qui a récemment marqué sa volonté de lutter contre la corruption dans l’administration, a ouvert une information judiciaire au tribunal militaire en vue de débusquer tous ceux qui vendent des places à l’école de police et de gendarmerie.


Landry Kohon





Source : fratmat.info

Les Verts D'Europe  verts au parlement europeen       Le logo des verts de France    FéPEV-RAO  

Reproduction interdite du site

haut de page haut de page