Le parti Ecologique Ivoirien


Rapt des enfants du Tchad, le jugement de cette Nouvelle Traite Négrière doit avoir lieu sur le sol Africain

Par Gilbert Léonard

 P.E.I Paris, le 1er Novembre 2007

  Dans cette affaire de l'Arche de Zoé, les faits sont têtus: les Africains n'ont pas vendus leurs enfants, ils ne s'en sont pas débarrassé.
Les témoignages sont nombreux qui confirment qu'au moins 91 des enfants n'étaient pas orphelins et qu'ils ne sont pas du Darfour mais bien du Tchad. Beaucoup de parents ont retrouvé leurs progénitures depuis. Ils confirment que les parents de ces 21 petites filles et 82 petits garçons ont été dupés par les promesses d'une vie meilleure pour leurs progénitures.
Les témoins racontent qu'ils sont venus une première fois et ils ont dit qu'ils cherchaient à aider les orphelins de père et les orphelins de mère. Puis ils sont revenus en disant qu'ils voulaient aider tous les enfants et les envoyer à l'école. Ces parents expliquent qu'ils ne pourront plus jamais oublier le visage de ces Blancs.

Dans ces conditions, le porte-parole du gouvernement tchadien a raison quand il s'inquiète du sort qui pouvait être réservé à ces enfants enlevés à leurs parents: vol d'organes, pédophilie.
Dans ces conditions, le gouverneur de la région d'Abéché a raison quand il dénonce ce retour de la Traite Négrière.
Les jeunes Tchadiens sont très lucide, tel celui-ci qui s'exprime devant une caméra de TF1: "Hier vous avez exploité nos ressources, vous avez vendus nos parents, et aujourd'hui nos enfants. et demain? Je laisse un gros point d'interrogation" ; tel cet autre qui dit "ce qu'ils ont fait, c'est la Traite Négrière; écoutez, nous sommes des Africains"

Car cette technique ressemble bien à celle utilisée pendant la Traite Négrière; on promettait une meilleure vie pour ceux qu'on laissait partir [ils se rapprocheraient de Dieu ou des dieux, quel cynisme!] et on faisait des cadeaux de pacotille à ceux qui restaient pour mieux leur piller leur terre. S'ils résistaient, on décimait leur village après avoir kidnappé les jeunes femmes et jeunes hommes en meilleure santé.
A propos de santé, selon les reportages TV, les enfants enlevés du Tchad faisaient partie de ceux qui était en meilleure santé; ils ne nécessitaient pas d'aide médicale et ils n'étaient pas orphelins, contrairement aux affirmations de l'association qui a déguisé l'opération en évacuation sanitaire.

D'un côté, on expulse violemment de France les jeunes parents, les grandes sœurs et les grands frères qui font le sacrifice d'y aller travailler pour aider leur village; de l'autre, on kidnappe les plus petits au village pour les déraciner dans un univers qui efface leur culture.

Les médias, Reporter Sans Frontière et le président Français se sont engagé dans une bataille médiatico-politique pour faire libérer les journalistes "qui faisaient leur métier"; pourtant, selon TF1, aucun de ces journalistes n'a daigné se faire enregistré auprès du Ministère tchadien de la communication !
Comment ces journalistes professionnels n'ont-ils pas pu constaté que ces enfants étaient kidnappés? n'ont-ils pas filmé les opérations de recrutement des enfants dans les villages ? n'étaient-ils pas assez curieux ? où leur a-t-on refusé cette possibilité, auquel cas où et que filmaient ils exactement ?
L'enquête doit répondre à ces questions sans ambiguïté.


La "petite" association "Arche de Zoé" semble avoir préparé cette opération avec beaucoup de relations d'influence et de moyens techniques et financiers.

Depuis septembre, les membre de l'association ont pu faire plusieurs allers-retours entre N'Djaména et Abéché dans des avions même de l'armée française. Or le ministère des Affaires Etrangères de Bernard Kouchner (et Rama Yade) affirme qu'il avait mis en garde contre cette opération à plusieurs reprises. Peut-on croire, doit-on croire, que Bernard Kouchner, un rodé de l'humanitaire, n'ait pas pris la peine d'informer ses collègues de la défense qui ont toute la région d'Abéché sous leur contrôle ? Peut-on croire, doit-on croire, que les militaires français laissent monter à bord de leurs avions des individus dont ils ne vérifient ni l'identité, ni l'activité?
Éric Breteau, le président de l'Arche de Zoé est aussi chef de mission dans l'association Children Rescue sous le couvert de laquelle il a monté l'opération, on voit d'ailleurs ce logo sur les t-shirts des prévenus. On nous dit que la police française a été alertée par une future mère adoptive qui s'est inquiétée que son chèque ait été encaissé par l'Arche de Zoé. Cela veut-il dire que si le chèque avait été encaissé par Children Rescue, les autorités françaises considéreraient l'opération comme légale, bien que le quai d'Orsay sache que le Tchad et le Darfour interdisent l'adoption ?
Est-ce que l'armée française a couvert cette opération illégale en fournissant de la logistique à l'association ?

Et ce n'est pas tout.
L'avion qui devait amené en France les enfants kidnappés étaient attendus à l'aéroport de Vatry dans la Marne à 120 km de Paris en zone rurale. Selon le journal Libération du 27 octobre, "l’Arche de Zoé, qui avait beaucoup communiqué sur son projet d’«évacuation d’enfants en danger de mort», est restée discrète sur les conditions d’arrivée en France : la préfecture de la Marne dit ne pas avoir été prévenue de l’arrivée d’un tel vol sur l’aéroport de Vatry, habituellement consacré au fret".
Pourtant les familles d'accueil qui étaient venues de partout en France à l'aéroport de Vatry pour attendre les 103 enfants avaient prévu de faire le siège; ils avaient emmené tentes, sacs de couchage et camping-cars. La "petite" association avait même préparé une cantine mobile. Et le préfet, qui n'avait pas été informé, leur a rendu visite et a promis de les tenir informés de l'avancement des opérations.
Et comment le préfet se tient lui-même au courant de cette opération d'adoption illégale au Tchad et au Darfour ? N'est-ce pas par le même ministère des Affaires Etrangères qui avait indiqué à Éric Berteau de l'Arche de Zoé que l'adoption était illégale au Darfour et au Soudan ? A moins que ce soit directement par les Armées !

Dans cette affaire de kidnapping évident d'enfants et d'infraction à la loi Tchadienne, la complexité se situe dans l'imbrication des complicités passives ou actives.
Des têtes doivent tomber.

Parallèlement à l'enquête dirigée par la Justice Tchadienne, il est nécessaire d'établir un bilan public complet et détaillé des autres adoptions d'enfants Africains en France, par association et en priorité par Children Rescue, l'Arche de Zoé et les associations dont les membres ont coopéré avec les responsables de Children Rescue et l'Arche de Zoé.

Ce bilan doit répondre aux questions suivantes:
- Combien de ces enfants sont tombés dans la prostitution ?
- Combien de ces enfants ont été abusés par leur famille d'accueil ?
- Combien de ces enfants avaient des parents ?
- Combien sont morts ou ont subi une opération chirurgicale d'ablation d'organe ?

Pour mettre un terme définitif à ces pratiques criminelles drapées dans le mensonge colonial,
il faut imposer des Réparations pour ce Méga Crime Contre l'Humanité qu'est la Traite Négrière Transtatlantique.

Les Africains et les Filles et Fils d'Africains Déportés et Esclavisés sont tous unis derrière la Justice Tchadienne.
Les ancêtres demandent Réparations.

Gilbert Léonard




Les Verts D'Europe      Le logo des Verts Mondiaux    verts au parlement europeen   Le logo des verts de France  FéPEV-RAO          

Reproduction interdite du site

haut de page haut de page