Le Parti Ecologique Ivoirien



Wattao explique la désertion du Com-zone de Séguéla : “ZACHARIA EST CONTRE OUAGA”



Lundi 19 mai 2008  par Fraternité Matin
 


Wattao à SeguelaLe chef d’état-major adjoint des FAFN, le Cdt Ouattara Issiaka, insiste sur la nécessité pour tout le monde de s’engager dans la réconciliation.

Commandant Ouattara Issiaka, après Bouaké le 2 mai, la zone 5 de Séguéla vient de démarrer,

à Kani, son opération de regroupement des ex-combattants des Fafn. En tant que CEMA adjoint, quel est votre sentiment?

C’est un sentiment de joie qui m’anime aujourd’hui de voir ces jeunes gens qui ont combattu à nos côtés trouver une autre manière de vivre sans la kalachnikov et gagner une vie meilleure que la Côte d’Ivoire leur offre. Je pense qu’ils devraient sauter sur l’occasion parce que l’on savait bien avant la guerre combien il était difficile d’avoir du travail. Si aujourd’hui, par la grâce de Dieu, cette chance nous est offerte, il ne faut pas la rater. Beaucoup de gens auraient sauté là-dessus. Tout ce que je peux leur souhaiter, c’est de tenir bon, ils ne doivent pas faillir car il y va de leur avenir.

Il vous arrive de rencontrer en aparté des éléments. Quelles sont leurs craintes réelles et qu’est-ce qui leur a été dit qui puisse le justifier?

Ils ont effectivement des craintes. Ils se demandent si ce qui leur  a été annoncé est la vérité et si ça va bien se terminer. Mais nous ne faisons que les rassurer en leur disant que le Premier ministre ne peut pas s’engager dans un processus dans lequel il sait qu’il n’y a aucun avenir pour eux au risque de voir la situation se retourner contre lui. Par ailleurs, le Facilitateur ne saurait leur mentir en leur disant d’aller au désarmement et au regroupement où se trouve leur avenir. Et quand vous voyez toutes ces personnalités leur parler, cela leur donne confiance et  ils espèrent que demain sera meilleur pour eux.

Y-a-t-il des personnes qui montent les éléments contre vous et décuplent leur peur?

Il faut le dire honnêtement, ce sont les hommes politiques qui essaient de saper leur moral en disant que cela ne réussira pas et que nous sommes en train de les tromper. Je ne sais pas ce qu’ils gagnent en agissant ainsi. Les renseignements que nous avons eus auprès de nos éléments qu’ils ont eu  à contacter  nous le confirment.

Depuis le 16 mai, le Premier ministre est dans la région du Worodougou et après 48 heures de présence, le commandant de zone, Koné Zacharia  brille toujours  par son absence. Alors que cette visite a été annoncée et qu’elle a trait à un événement important, le regroupement. Avouons que c’est quand même surprenant. Quelle explication donnez-vous?

Non, ce n’est pas surprenant. Ça l’est peut-être pour vous mais pas pour nous parce que nous le voyions venir. Il a simplement donné l’occasion à tout le monde de savoir sa position aujourd’hui, tant à l’opinion nationale qu’internationale. Ainsi, chacun saura à quel genre d’homme il a à faire.

pourquoi a-t-il quitté la ville et où se trouve-t-il exactement?

Je ne saurais le dire puisque notre dernière rencontre date du mariage du commandant Morou Ouattara à Ouagadougou, en avril dernier. Ni le général Bakayoko, ni le Premier ministre, chef suprême des Forces nouvelles ne savent où il est parti ni ce qu’il est allé faire. L’armée est hiérarchisée et tout déplacement à l’étranger nécessite une permission. Tel n’est pas le cas, c’est de la désertion.

C’est justement ce qui est surprenant. Vu qu’il est non seulement un responsable, mais aussi un commandant de zone. Comment peut-il s’absenter sans en informer sa hiérarchie?

Mais partout on déserte. Lorsque nous étions dans l’armée nationale, il y avait des désertions, des amis prenaient des permissions mais ne revenaient plus. C’est donc son cas. Sa permission indiquait qu’il était à Ouaga et les autorités de ce pays le savaient. Mais quand son séjour a pris fin, il n’est plus rentré et n’est pas non plus resté  à Ouaga.

Koné Zacharia serait-il contre l’Accord politique de Ouagadougou puisque vous dites ne pas être surpris de ce qui se passe?

Nous ne sommes pas surpris parce que nous savions,  par ses réactions et son comportement qu’il était conte, mais il n’osait pas l’affirmer. Néanmoins, nous le connaissons. Il a donc fallu que cette situation se produise pour que tout le monde sache qu’il n’était pas pour l’Accord.

Que lui reproche-t-il? Serait-il contre le désarmement?
Je ne saurais le dire puisqu’il a tenu ses pensées secrètes.

Et pourtant, vous avez fait beaucoup de réunions notamment à Bouaké sur ce sujet?

C’est vrai que nous avons fait beaucoup de réunions sur ce sujet mais comme il est illettré, il ne parle pas souvent, il ne fait qu’écouter. C’est après qu’on l’entend murmurer dans les couloirs. Mais il n’a  jamais affirmé devant tout le monde qu’il n’était pas pour Ouaga. On sentait dans son comportement qu’il n’en voulait pas parce qu’il avait un comportement irrespectueux envers ses supérieurs. Nous avons même appris qu’il avait affirmé, au cours d’une réunion tenue avec les jeunes à Séguéla, que le Premier ministre aurait trahi la lutte en signant le cessez-le feu.

Le même discours qu’avait tenu le sergent- chef Ibrahim Coulibaly alias IB?

 

Rire. Vous voyez très bien que….
Le soupçonnez-vous d’être proche d’IB?
Cela ne saurait m’étonner aujourd’hui qu’il soit proche d’IB. C’est vrai qu’il y a beaucoup d’autres informations qui restent à vérifier avant d’en parler. Mais si l’on me dit qu’il est proche d’IB, cela ne m’étonnera pas.

 

Quelle sanction encourt-il maintenant qu’il n’est pas là? Avez-vous songé à son remplacement pour le suivi du processus de regroupement?

Sachez que personne n’est aujourd’hui indispensable aux Forces nouvelles. Nous avons pris un nouveau virage de telle sorte qu’on ne peut plus rester dans ce désordre. Si des gens ne s’y sentent pas à l’aise, qu’ils sachent d’emblée qu’ils ont échoué parce que la Côte d’Ivoire ne peut plus se permettre de vivre dans une telle situation. La population a assez souffert et si Dieu lui a donné cette paix, je ne vois pas pourquoi des gens s’y opposeraient. Même si lui, Djakis (Ndlr, diminutif de Zacharia), est contre l’Accord de Ouaga, il doit savoir qu’il ne peut tout seul faire la guerre.  Si tu montres aux yeux des Ivoiriens que tu es contre l’Etat, tu tombes. Je suis complètement abasourdi par son comportement mais nous allons prendre les sanctions qu’il faut.

Qui va le remplacer?
Il y a beaucoup d’hommes aux Forces nouvelles. Pour l’instant, le chef d’état-major adjoint que je suis, sera là pour assurer l’intérim, le temps que l’on trouve quelqu’un pour gérer les affaires à Séguéla.

N’est-il pas parti avec beaucoup d’éléments? Avez-vous fait le point?
Je n’ai pas besoin de faire le point, qu’il parte, s’il le veut, avec mille éléments, cela ne nous effraie pas.
Le Premier ministre a déploré notamment la dégradation des routes et de l’ex-hôtel Sietho.

Rien n’a été fait dans la gestion de la commune comme on a pu le constater par exemple à Bouaké et Korhogo. Que s’est-il passé?

C’est la mauvaise gestion de Zacharia. Aujourd’hui à Séguéla, il n’y a même pas un hôtel capable de recevoir une personnalité, c’est inadmissible. Avec toutes les ressources dont dispose cette région, la ville devrait être la zone phare des Forces nouvelles. Au regard de tous les produits de Vavoua qui transitent par Séguéla, sa mine de diamant malgré toutes ces ressources, Zacharia n’a pas pu réhabiliter un seul hôtel. Quand on voit Korhogo aujourd’hui, on est fier et je profite de cette occasion pour remercier le commandant Fofié pour le travail accompli. Aujourd’hui, un peu partout à Man, les commandants de zones ont fait en sorte de réhabiliter au moins un hôtel, un endroit pour favoriser l’épanouissement de la jeunesse. Ce n’est pas le cas à Séguéla. Quand tu vois la jeunesse, tu constates qu’elle est désemparée. En tout cas, il a joué une mauvaise carte. La population en parle, elle en a marre.

Mais pourquoi avoir attendu 5 à 6 ans pour réagir?

Si l’on l’avait fait plus tôt, beaucoup d’hommes auraient  crié à l’injustice. Mais aujourd’hui, il a lui-même montré aux gens qu’il n’était pas prêt pour la paix. Si nous agissons aujourd’hui pour cette paix, personne ne va aller contre nous, sauf s’il veut la guerre. Parce que je ne vois pas quel individu s’opposerait à l’Accord de Ouaga. Regardez, que n’a-t-il pas donné aujourd’hui à la Côte d’Ivoire et pourquoi veulent-ils que l’on retourne dans ce désordre qui ne nous garantit pas un avenir certain?
Aujourd’hui, la paix est là, tout le monde est libre d’aller où il veut, de dire ce qu’il veut. Grâce à l’Accord de Ouaga, le Président de la République est allé faire une tournée dans le nord, moi, je vais jusqu’à Mama. Qui ne veut pas de cette paix?
Vous avez dit que la zone Séguéla-Vavoua est l’une des régions les plus riches de Côte d’Ivoire et des zones des Forces nouvelles. Ne craignez-vous pas que Koné Zacharia vienne vous

attaquer grâce à  un butin de guerre qu’il a pu constituer?

Aujourd’hui, en voulant nous attaquer, ce n’est pas uniquement les Forces nouvelles qu’il attaque mais la Côte d’Ivoire tout entière. Et aujourd’hui, vu la qualité des relations entre les généraux Mangou et Bakayoko d’une part et les Forces ivoiriennes et impartiales d’autre part, cela me surprendrait. (…)

Depuis quand est-il parti de Séguéla et quel est le moral des éléments qu’il a abandonnés?

C’est tout récemment que les éléments ont compris que leur chef les a trahis. Il ne leur a pas dit qu’il partait pour ne plus revenir. C’est toujours au dernier moment que les éléments apprennent que le chef les a trahis.

Avez-vous visité sa résidence pour savoir ce qu’il en est et s’il est parti avec ses affaires?
Je n’ai pas besoin de visiter sa résidence. Néanmoins, nous échangeons avec la population et les éléments qui nous disent ce qui se passe.
Il semble que la population aurait même souhaité une sanction contre Zacharia.
La population est-elle, selon vous, en phase avec la décision arrêtée par le Premier ministre qui a demandé que la mairie soit rétrocédée à son premier responsable? 
Evidemment, la population est en phase avec le Premier ministre. Si nous avons décidé d’aller à la paix, c’est tout à fait normal que nous donnions la gestion de la mairie à son premier responsable. Mais tout dépendant de la manière dont la demande est formulée, ce n’est pas comme à Bouaké. Ici, le maire a formulé sa demande poliment au Premier ministre et dès lundi, je ferai une réunion avec les éléments et la mairie lui sera  remise.

La même demande a été formulée depuis longtemps par le maire de Bouaké, Fanny Ibrahima. Pourquoi cela tarde-t-il?
C’est vrai qu’il a demandé la rétrocession de la mairie mais il y a la manière. Dans toute chose, il faut le respect, même quand tu es le plus âgé.

Cela fait tout de même très longtemps que le maire Fanny est avec vous à Bouaké.
Il i’y a pas longtemps qu’il est avec nous, il sait comment il est venu à Bouaké.
Il avait quitté le pays après la crise mais il est rentré.
Même le Président Gbagbo qui avait les moyens de nous écraser a accepté de négocier, il nous a tendu la main. Cela doit servir de leçon à tout le monde.
Commandant Wattao, vous aviez un frère d’armes, Konaté Daouda, qui a disparu subitement de Bouaké après la crise entre pro-IB et pro-Soro. On raconte qu’il serait au Mali depuis 1995. Confirmez-vous cette information?
Oui, je la confirme. Le Mali est devenu aujourd’hui leur base de repli. Quand ça ne va pas, c’est là-bas qu’ils se replient. D’après mes informations, il serait chauffeur de gros camion.
Malgré tout cet argent qu’il a eu?
Ça dépend, quand on est en exil, même quand on a des millions, ils finissent. C’est ce qu’ils ne comprennent pas. On est mieux que chez soi.
Avez-vous des relations avec lui?

Non, je n’en ai pas. Je n’ai pas de relations avec des traîtres. Seulement, nous recevons des informations venant de là-bas surtout que ces gens ne sont pas discrets et qu’ils ont un chef indiscret. A chacune de ses sorties, tout le monde entier en est informé. Nous sommes imperturbables.
Vous avez été nommé ambassadeur de paix par le ministre de la Réconciliation nationale chargé des Relations avec les institutions.
 Avez-vous reçu une feuille de route?
Nous n’avons pas reçu de feuille de route. Mais le ministre Dano Djédjé nous a dit de parler de paix partout où nous irons. Peut-être que je recevrai un jour une feuille de route pour accomplir ma mission. J’attends donc.
Comment devons-nous vous appeler désormais, chef d’état-major adjoint ou Com’zone de Séguéla?

(Rire). Je suis CEMA adjoint. Je serai juste à Séguéla pour assurer l’intérim le temps de trouver quelqu’un. Mais il faudra un homme de caractère parce que beaucoup d’éléments ont des ressentiments contre Djakis. Depuis mon arrivée, je ne fais que leur parler. Il faut peut-être quelqu’un comme moi qui sait parler à ces enfants pour  leur donner la joie de vivre, l’espoir que demain sera meilleur pour eux.
Est-ce à dire que vous avez commencé l’intérim immédiatement?
Oui, j’ai déjà commencé l’intérim.
Vous n’irez plus à Bouaké?

Je peux y aller et revenir à tout moment, je suis chef d’état-major adjoint.

 

Le CEMA adjoint s’est déplacé avec un gros dispositif baptisé Anaconda. Avez-vous été chargé d’assurer la sécurité du Premier ministre?
Oui, j’ai été chargé d’assurer sa sécurité. Compte tenu des informations que nous avons reçues avant notre arrivée, il fallait se déplacer avec l’arsenal qui convient.
Notamment la disparition du commandant Koné Zacharia ou une menace?
Nous sentions avant notre arrivée qu’il était déjà parti puisque nous avions cherché en vain à le joindre. Des gens  lui ont dit de venir, mais il leur a répondu qu’il ne pouvait pas arriver parce qu’il n’avait pas fini ses courses. Nous avons donc immédiatement compris qu’il avait choisi sa position. (…)
Est-il hors du pays?

 

C’est sûr qu’il est hors du pays, mais nous ne savons pas exactement où.
Quel message pour ses anciens éléments?

Je leur dis de ne pas suivre un chef mais un mouvement. Les éléments ont adhéré à un mouvement pas à cause de Wattao ou de Soro ou de Dakjis mais pour une cause. Si tout le monde est en train de trouver satisfaction aujourd’hui, cela devrait amener les éléments à réfléchir mille fois avant de s’engager dans une voie qui ne leur garantit pas un avenir. Je les exhorte donc à continuer dans ce processus,  mais ceux qui veulent suivre Djakis dans ses bêtises, ce sont eux qui perdront parce que nous n’allons pas accepter le désordre. Et j’appelle les éléments à ne pas suivre les politiques mais à nous écouter. Grâce à Dieu, la paix est revenue, le Président de la République et le Premier ministre s’entendent très bien, ils travaillent dans une bonne entente. Pareil pour les généraux Mangou et Bakayoko comme je le fais avec le colonel Konan.

Tenez, dès que cette situation s’est produite et que j’ai appelé le colonel Konan, il m’a dit «si tu as besoin de renforts, n’hésite pas à m’appeler». Cela veut dire que nous sommes aujourd’hui unis pour le meilleur et le pire.
Les éléments sont-ils informés officiellement du départ du Com’zone Koné Zacharia et que vous êtes désormais leur nouveau chef?

Ils le seront. Vous avez eu la primeur de la nouvelle. Ils seront informés (dimanche) que Zacharia n’est plus le nouveau chef au cours d’une réunion avec le général Bakayoko, ici, à Séguéla.
Interview réalisée à Séguéla par
Paulin N. Zobo

Source : fratmat.info

Les Verts D'Europe  verts au parlement europeen       Le logo des verts de France    FéPEV-RAO  

Reproduction interdite du site

haut de page haut de page