Le Parti Ecologique Ivoirien



Sécurisation des examens et fluidité routière / Le Premier ministre met FAFN ET FDS en alerte


lundi 16 juin 2008 - Par Par CICG

Guillaume Soro à Azito
Le Premier Ministre, Monsieur Guillaume Kigbafori SORO, a présidé le jeudi 12 juin 2008, à son cabinet, une importante réunion à laquelle étaient conviés, outre les ministres de l’éducation nationale et des Transports, l’état-major des Forces de Défense et de Sécurité de Côte d’Ivoire (FDS-CI) accompagné de tous les chefs de corps (Gendarmerie, Police, Douane Eaux et Forêts), les Forces nouvelles, le Centre de commandement Intégré (CCI), les Forces impartiales.

A l’ordre du jour de cette réunion étaient inscrits les deux points suivants :
• La sécurisation des examens nationaux
• Le point de la fluidité routière

LA SECURISATION DES EXAMENS

Ce chapitre a été ouvert avec l’exposé de la problématique, à savoir : comment procéder à la sécurisation des examens de fin d’année, par la sécurisation du matériel et des hommes impliqués, afin de crédibiliser les résultats aux yeux de la communauté nationale et la communauté internationale.

Après la décision du gouvernement de s’appuyer, dans cette opération, sur les FDS-CI et les FAFN, le Général Philippe Mangou avait été responsabilisé pour présenter au Premier ministre un schéma de sécurisation appelé ACADEMIE ; ce schéma a été présenté au cours de la réunion.

Le Général Mangou a ainsi présenté un schéma destiné à sécuriser les examens dans la période du 10 juin au 1er aout 2008, sur l’ensemble du territoire national.

Dans sa charpente, le schéma présenté est composé d’un poste de commandement central et de postes de commandement décentralisés, au nord et au sud du pays, aussi bien pour le Baccalauréat que pour le BEPC. Etant entendu que la sécurisation sera menée conjointement par les FDS-CI, les FAFN et les Forces impartiales.

L’opération de sécurisation des examens consistera essentiellement au convoyage et à la sécurisation des hommes, du matériel, des sujets, des copies vierges et des copies à corriger, d’un point à un autre, sur l’ensemble du territoire. La sécurisation des sujets en particulier passera par les ci-après :


1. l’enlèvement des sujets du ministère de l’Education nationale ;
2. le convoyage des sujets et leur sécurisation dans un centre principal (probablement à l’Ecole de gendarmerie) ;
3. le convoyage des sujets du centre principal et leur dispatching dans les centres locaux de sécurisation (qui sont des brigades de gendarmerie) ;
4. le convoyage des sujets des centres locaux de sécurisation vers les centres d’examen.

Le convoyage des hommes, du matériel, des sujets et des copies se fera par voies terrestres et, dans certains cas, par voies aériennes. A cet effet, le Général Mangou a requis le concours logistique des Forces impartiales pour le transport aérien.

Le Ministre de l’Education nationale, M. Gilbert Bleu Lainé a, pour sa part, requis un engagement réel des Forces armées par leur présence effective autour des centres d’examen.

Le Premier Ministre, quant à lui, a insisté sur le fait que tout ce dispositif vise à éviter les fuites comme cela s’est vu par le passé dans l’organisation des examens. Il a fortement recommandé que les prochains examens se déroulent dans un environnement totalement sécurisé et de manière transparente, de sorte que les candidats puissent se mesurer à chances égales.

Le Premier Ministre a tenu à rappeler que toutes les mesures envisagées visent surtout à éradiquer définitivement la suspicion autour de nos examens afin de donner à nos enfants une chance de voir leur diplômes valorisés et reconnus à l’extérieur. D’où son implication personnelle auprès du ministre de l’éducation nationale pour l’éradication des fuites et de la fraude.

LA FUILDITE ROUTIERE

Un bref rappel de faits a permis de situer la prise en main du combat pour la fluidité routière par le Premier Ministre depuis son interpellation directe par les opérateurs économiques à l’occasion de la cérémonie de lancement de l’opération « Escorte Spéciale », le 21 septembre 2007, au Port Autonome d’Abidjan.

Prenant acte, le Premier Ministre avait alors instruit l’état-major des armées afin de renforcer le combat pour la fluidité routière et contre le racket.

Ainsi, partant des acquis du séminaire de Grand Bassam sur « La Réglementation des Opérations de Contrôle Routier », organisé les 17, 18 et 19 janvier 2005, l’état-major a élaboré un plan pour la fluidité routière.

Ce plan est un schéma consensuel réalisé avec les transporteurs et les commerçants par le biais de leurs organisations professionnelles que sont l’OIC et la Chambre de Commerce. Cela a consisté à mettre en place un Comité technique pour le contrôle de la fluidité routière qui comprend, outre l’état-major militaire, les organisations professionnelles, l’Assemblée Nationale et les ports autonomes d’Abidjan et de San Pedro.



Le schéma de lutte présenté par le Général Mangou ce jeudi au Premier Ministre s’articule autour des éléments caractéristiques ci-après :
• Les postes de contrôle autorisés sur les principaux axes routiers du pays;
• Les postes de contrôle autorisés dans la ville d’Abidjan ;
• Le port du badge exigé des agents affectés aux contrôles routiers ;
• La liste précise des pièces administratives à fournir par les personnes et les véhicules ;
• La procédure de contrôle des véhicules de transport (notamment les passagers qui ne sont plus débarqués).

Le Général Mangou a informé le Premier ministre que ces mesures sont déjà entrées en vigueur depuis le lundi 2 juin et que depuis cette date, il est à constater que ¾ des véhicules de transport en commun ont dû garer.

Par ailleurs, le Général Mangou a présenté le tableau des moyens humains et logistiques dont l’état-major a besoin pour assurer le combat contre le racket et le contrôle de la fluidité routière.

Le Premier Ministre, commentant l’exposé du Général Philippe Mangou, a rappelé aux uns et autres que les habitudes sont difficiles à bousculer, mais que pour consolider le processus de paix, il apparaît impérieux de stimuler la relance économique qui, elle, passe aussi par la libre circulation des personnes et des biens. Aussi, a-t-il lancée, il lance un appel à la solidarité de tous, tout en demandant au Général Mangou d’associer étroitement le Général Soumaïla Bakayoko, Chef d’état-major des FAFN, afin que ces mesures arrêtées soient étendues à l’ensemble du territoire national.
Le Premier Ministre exhorte les uns et les autres à se déterminer à combattre la fraude au nord comme au sud.

Bien que déjà en pleine expérimentation sur le terrain, le schéma de sécurisation de la fluidité routière sera envoyé à tous les ministres afin de recueillir leurs observations.

Dans le but d’impliquer pleinement le gouvernement dans le Comité de contrôle en création, le Premier Ministre a décidé de prendre, dans les prochains jours, un arrêté interministériel, qui consacrera entre autres mesures, l’entrée dans ledit comité de certains ministères comme les ministères de l’Intérieur, de l’Economie et des finances, des Transports, du Commerce, de la communication.

Dans la même veine, le Premier Ministre a résolu de placer ce comité en création sous sa propre autorité afin d’engager au mieux toute l’équipe gouvernementale et tous les acteurs dans le combat.





Source : news.abidjan.net

Les Verts D'Europe  verts au parlement europeen       Le logo des verts de France    FéPEV-RAO  

Reproduction interdite du site

haut de page haut de page