Le Parti Ecologique Ivoirien



Procès des agents fictifs de la Présidence  :  12 prévenus et 4 responsables à la Présidence entendus, hier




 vendredi 27 février 2009 - Par Le Nouveau Réveil



    Le procès des agents fictifs de la Présidence s`est ouvert, hier au Palais de justice au Plateau. Présidé par le juge Yapi Tobo, ce procès se poursuivra ce matin avec les plaidoyers et les réquisitions comme annoncé par le président du tribunal. C`est à 13h 50 mn qu`a démarré le procès, hier. Tour à tour, la Cour a entendu les prévenus accusés entre autres de faux et usage de faux ou d`escroquerie. Déli Lucas, le cerveau de l`affaire, premier appelé à la barre, a reconnu les faits. Facilitant d`ailleurs la tâche au juge et aux procureurs Diakité Mamadou, Oulaï Fernand, Abané Blanche, il a décrit sa stratégie pour faire embaucher des employés fictifs. "J`ai pris des anciennes décisions d`embauche que j`ai photocopiées pour faire recruter des personnes en collant leur nom" a déclaré Déli. Qui a ajouté qu`il "reconnait avoir certifié et modifié certains salaires". Très à l`aise, il a révélé que "les personnes embauchées ne sont pas informées. C`est pourquoi, l`argent ne leur parvenait pas". Il a reconnu tous les prévenus et a rappelé que seule Koffi Aya Solange est en fuite. Son supérieur immédiat, M Tio N`guessan chargé d`Etudes et embauché à la présidence depuis juin 1993, a eu du mal à disculper sa responsabilité. Lui qui a recouru à Déli pour faire embaucher sa nièce en qualité de technicienne de surface. "Je suis intervenu auprès de Déli pour l`embauche de ma nièce parce qu`il avait traité un certain nombre de dossiers et il y avait un désistement d`un agent. Je lui ai transmis le dossier de ma nièce pour qu`il suive la voie normale. Les supérieurs hiérarchiques n`étaient pas informés qu`il y avait un désistement" a-t-il confessé avant de reconnaître sous le feu des questions que "Déli n`avait pas compétence de donner des emplois". Mme Eba Hélène, opératrice de saisie, a dit avoir contacté M Tio pour l`embauche de son mari au cas ou un conseiller nouvellement nommé solliciterait un collaborateur. M Tio selon ses dires, a demandé qu`elle dépose le dossier auprès de Déli. C`est ce dernier qui a trouvé à son mari comme il sait le faire un poste de chargé d`Etudes avec un salaire de 750.000 par mois. Sans aucun certificat de prise de fonction. Deli lui remettra d`ailleurs le rappel de son époux qui se chiffrait à 2.250.000. M Djabia N`da Léopold, le mari de Eba Hélène, a reconnu avoir perçu la somme de 9.750.000 au total. Il a dit avoir remboursé 300.000f. Assi Kacou Alexis François, infographiste, celui par qui le pot aux roses a été découvert, a expliqué qu`il avait un salaire de 300 000. Voulant avoir des primes, il s`est renseigné auprès de Déli Lucas son ami qui a pris l`engagement de l`aider. Un mois après, son salaire passait de 300 000 à 500 000f. Alors même qu`il ne méritait aucune prime. Dissa Kragbé Lazare, agent de bureau, a, lui, reconnu avoir sollicité l`aide de Déli pour un emploi pour sa concubine. Ce qui fut fait. Mais, a-t-il dit, sa dulcinée Beugré Kouakou Diane qui percevait dès lors un salaire de 200.000 n`en savait rien. Même lorsqu`il a empoché les 1.200.000 de rappel de celle-ci qui recevait à peine 40.000f de lui chaque mois. Son témoignage a rendu la tâche aisée pour sa copine lors de l`audition de cette dernière. Gnandé Linda Mireille, auxiliaire en pharmacie qui vit avec Déli Lucas, mère de 3 enfants, a également dit son étonnement d`avoir été embauchée à la présidence. N`ayant reçu aucune information de son conjoint à ce sujet. Toutefois, elle a reconnu avoir ouvert un compte bancaire sous insistance de Déli pour recevoir des sommes variant entre 180.000 et 200.000f. Louoba Marie Chantal, coiffeuse stagiaire, copine de Déli Lucas, "embauchée" ne savait pas qu`elle "émargeait" à la présidence. "C`est à la brigade de recherches qu`on m`a dit que je touche 750.000 par mois en tant que chargée d`études" a-t-elle dit. Elle a reconnu que Déli lui donnait de l`argent pour subvenir à ses besoins. Kouamé Nadège Karmel, étudiante, copine de Déli, a également dit sa surprise de toucher 750 000 à la présidence. Alors que Déli ne lui remettait à travers un compte que la somme de 100 000 f tout au plus. Abognan Grégoire et Ndri Ndri Richard, payeurs au service de la comptabilité, ont dit payer les employés fictifs (qu`ils ignoraient) en même temps que les membres du personnel dans une pochette commune sous ordre de Déli, l`assistant de Tio N`guessan. Cette pratique qui, ont-t-ils dit, est de coutume se fait sur la base de la liste des soldes. Avant d`entendre les responsables hiérarchiques des mis en cause, un incident a fait suspendre le procès. Une altercation survenue entre Me Fofana (qui s`entretenait avec un prévenu) et le juge a empêché pendant quelques minutes le bon déroulement du procès. M Gnékré Lezou Joseph, directeur administratif, Mme Kambou, secrétaire et responsable de la solde, M. Amouri, chef de la comptabilité, Mme Nébavi, chef du personnel par intérim, ont expliqué comment ils ont été pris de court par le faux qui a pris source au niveau du service du personnel et de la liste des journaliers et collaborateurs extérieurs. Une liste qui n`est pas identique à celle du personnel.

DIARRASSOUBA SORY


Source : lenouveaureveil.htm

Les Verts D'Europe  verts au parlement europeen       Le logo des verts de France  Ecolo   FéPEV-RAO     

Reproduction interdite du site

haut de page haut de page