Le Parti Ecologique Ivoirien



Sidiki Bakaba : “Le Palais de la Culture est en danger”



vendredi 13 juin 2008 - Par le Temps


Palais de la culture a AbidjanA l'occasion du "crash" de son oiseau-livres, (le premier avion de Commandement de Houphouët-Boigny) Sidiki Bakaba crie au secours pour sa bibliothèque qui s'est écroulée mais aussi pour le Palais de la culture qu'il dirige.

L'avion-livres recevait en moyenne combien d'enfants par semaine ?
En tout cas, c'est plus de 1000 enfants chaque semaine, les mercredis et samedis. Dieu merci, c'est une réalité aujourd'hui. Les enfants ont montré que cet avion les intéresse et je peux dire que sans cela, beaucoup ne serait pas arrivé à voir le Palais de la culture. En même temps qu'ils viennent voir l'avion-livres, ils découvrent le Palais de la Culture. C'est là l'intérêt de ma mission. Si je n'avais pas réussi à les intéresser, je crois que ma mission aurait été nulle au Palais ici. Nous devons leur donner du rêve pour les attirer ici.

Pourtant, ce projet n'a pas été bien apprécié par certains ministres de la culture.
Oui ! Et c'est Anne Messou qui, en son temps, est arrivée au Palais de la culture et nous a carrément dit “ça c'est quoi ça, enlève ça ici”. C'est quelque chose qu'elle ne pouvait pas comprendre. Et elle n'a jamais visité cet avion jusqu'à ce qu'elle parte. Nous avons cru en notre projet avec le Président de la République. Nous avons monté cet avion en pleine guerre. Et c'est aussi cela la force de la Côte d'Ivoire.

C'est le premier avion d'Houphouët, est-ce que jusque-là, il a reçu une visite des Houphouétistes ?
Je ne veux pas citer de noms, mais il y a quelqu'un qui a voulu balayer tout ce que Houphouët a fait. Nous attendons de bonnes volontés pour nous aider. Nous voulons même voir l'architecte Fakoury parce qu'il aime Houphouët. Nous voulons en plus voir la famille d'Houphouët et faire venir Mme Marie-Thérèse Houphouët-Boigny pour qu'elle plante un arbre ici. Mais qu'elle revive des souvenirs en visitant cet avion dans lequel elle a voyagé plusieurs fois. Aujourd'hui, il est transformé en bibliothèque pour enfants, il faut qu'elle vienne voir ce qu'est devenu le premier avion de son époux.

Mais est-ce que le cas de cet avion ne pose pas le problème même du Palais de la culture.
Ce qu'il faut savoir, c'est que les différents ministres qui sont nos tutelles sont informés et même la présidence. Il y a des mal-façons au Palais de la culture. Il est confronté à beaucoup de dangers. Vous voyez par exemple mon bureau, quand il pleut, il y a l'eau qui coule. C'est un problème parmi tant d'autres. J'ai fait un film sur ces dangers et je l'ai présenté à ces ministres.

Quel est aujourd'hui le véritable problème du Palais ?
A notre niveau, nous avons essayé de faire de notre mieux pour limiter les dégâts. Mais il faut dire que les subventions de l'Etat n'arrivent pas. Le Palais a un problème d'étanchéité. L'Etat a dégagé depuis 2006, 580 millions pour tous ces travaux. Mais cet argent ne nous a jamais été versé par le Trésor public. Nous avons même aujourd'hui, du mal à honorer certains fournisseurs. Et je ne sais pas par quel patriotisme ces entreprises sont encore avec nous. Sur 80 projecteurs, nous avons une dizaine qui marchent. Mais on fait avec. On loue parfois certains pour satisfaire le client.

Il y avait quand même des priorités…
Oui c'est vrai. On reconnaît que l'Etat a beaucoup fait pour nous. Mais il faut reconnaître que ce lieu est aussi un espace de promotion de la paix. Nous avons abrité une centaine de déplacés de guerre ici sans tapage. C'est ici que les Ivoiriens ont commencé à se parler. Ce n'est pas à l'Ivoire. Le Palais de la culture, c'est la coupole de l'œuvre d'Houphouët-Boigny. Il faut que cela soit su.

Pour revenir à l'avion, est-ce que les 580 millions prenaient en compte les frais de construction de sa couverture?
Bien sûr. Mais il faut dire que certains ne nous ont pas pris au sérieux. Alors que tous ceux qui ont vu l'avion ont parlé de merveille. C'est tout un symbole. Par exemple, des amis français m'ont conseillé de le donner à l'UNESCO pour qu'il en fasse un patrimoine universel. Il y a des Hollandais qui nous ont apporté de l'aide en nous offrant du matériel d'une valeur de 40 millions.

Entretien réalisé par
Guéhi Brence

 




Source : news.abidjan.net

Les Verts D'Europe  verts au parlement europeen       Le logo des verts de France    FéPEV-RAO  

Reproduction interdite du site

haut de page haut de page