Le Parti Ecologique Ivoirien



PROCESSUS DE PAIX : Wattao fait ses adieux à la rébellion




 mardi 6 janvier 2009 - Par lematindabidjan.com



Pour le numéro deux de l’état major des forces nouvelles, le processus de paix est irréversible. Il œuvre à l’accomplissement de l’accord de Ouagadougou et travaille d’arrache-pied avec les forces loyalistes.

Non, le chef d’état major adjoint des forces nouvelles n’a pas déserté Bouaké. Il n’est non plus en délicatesse avec Soro. Seulement, Issiaka Ouattara alias Wattao s’est résolument engagé dans le processus de sortie de crise. Et rien ne semble l’arrêter, au point qu’il ne fait presque plus de différence entre les états-majors de l’armée régulière et celle de l’ex-rébellion. En ce moment, de concert avec le lieutenant-colonel Konan Boniface, commandant du théâtre des opérations des forces de défense et de sécurité (fds), il sillonne l’ex-zone de confiance. Le 22 décembre dernier, il était au centre de commandement intégré de Yamoussoukro où, avec le com-théatre, un plan de sécurisation a été élaboré. « Ce qu’on peut retenir, c’est que la Côte d’Ivoire est en marche et que tout va bien entre les deux forces. Nous avons décidé de mener une opération de sécurité sur l’ex-zone de confiance pour pouvoir rassurer nos populations qui vivent là bas. Vous savez bien, il y a des coupeurs de route, il y a des braquages qui se passent. Nous n’allons pas laisser la Côte d’Ivoire aux mains des braqueurs et des coupeurs de route », avait confié Wattao à l’issue de près d’une heure de conclave avec les forces loyalistes, comme pour montrer que le processus de sortie a atteint un point de non retour. Pour les observateurs de la scène politique nationale, celui que l’accord complémentaire (Ouaga 4) vient d’élever ‘’officiellement’’ au grade de commandant est l’un des grands défenseurs de l’APO en zone ex- rebelle. Ce proche collaborateur de Soro Guillaume, assure-t-on, ne ménage aucun effort pour faire aboutir la sortie de crise. A ce titre, il a été plus d’une fois mentionné la forte implication de Wattao dans l’organisation de la mémorable cérémonie de la ‘’Flamme de la paix’’. Dans la foulée, et comme pour donner le ton de la nouvelle vision des forces nouvelles, il a libéré la résidence du préfet qu’il occupait à Bouaké. Le CEMA adjoint des FN a aussi déserté les locaux de la COOPEC, base de l’unité ‘’Anaconda’’ qu’il dirige. C’est sans doute cet engagement de tous les instants, qui l’a fait coopter pour pacifier la zone de Séguéla et Vavoua, lorsque Koné Zackaria a déserté sa base. On se souvient, c’est d’ailleurs à l’issue du regroupement des ex- combattants en mai 2008 qu’il a confié ceci à Fraternité Matin : « C’est un sentiment de joie qui m’anime de voir ces jeunes gens qui ont accepté de combattre à nos côtés, trouver une autre manière de vivre sans kalachnikov. Ils devraient sauter sur l’occasion. Si cette chance nous est offerte, il ne faut pas la rater. » A Bouaké, relatent des sources, Wattao soutient à l’envi que l’accord politique va atteindre l’objectif visé : le retour définitif à la paix. « Je suis toujours avec mon frère Blé Goudé, nous lançons des messages de paix. Il ne faut pas rester dans son salon pour parler de paix », ressasse-t-il. Et pour donner le change aux détracteurs de l’APO, Wattao, toujours dans le quotidien gouvernemental a soutenu que « même le Président Gbagbo qui avait les moyens de nous écraser a accepté de négocier, il nous a tendu la main, cela doit servir de leçon à tout le monde ». Aussi, pour bien montrer que la rébellion relève du passé, il affirme volontiers : « Je suis sous les ordres du Général Mangou. » Au vu de tout ce qui précède, il ne serait pas excessif d’avancer que le Commandant Wattao a fait définitivement ses adieux à la rébellion. D’ores et déjà, il faut noter que le patron du dispositif FAFN dans les départements de Vavoua et Séguéla séjourne dans l’ouest de la Côte d’Ivoire, à la demande du chef de l’Etat qui a pris des mesures vigoureuses pour la sécurisation de l’Ouest du pays. Une mission au cours de laquelle il n’a de cesse de répéter à qui l’entendre que la page de la rébellion est définitivement tournée. Et qu’il importe aujourd’hui de redonner confiance aux populations en appliquant en toute sincérité l’accord de Ouaga qui est la boussole. Même s’il reconnait que les difficultés ne manquent pas dans sa mise en œuvre, le chef d’état-major adjoint des FAFN est d’avis qu’il faut donner un réel coup de fouet au processus de paix. Interrogé sur la volonté des FN de permettre à l’Etat d’étendre son autorité sur les zones centre nord et ouest actuellement sous leur occupation, Wattao ne s’est pas fait prier, au cours de la mission, pour reconnaitre qu’il était temps que l’état d’exception qui prévaut dans le pays prenne fin. Et bien sûr, cela passe par la restauration de l’autorité de l’Etat sur toute l’étendue du territoire national. ‘’Nous sommes prêts à rendre les villes, les communes et les régions que nous occupons’’, avait-il martelé. A en croire des sources, la décision sera prise sous peu. Dès le retour du premier ministre Soro Guillaume qui séjourne en ce moment sur les bords de la Seine et qui ne manquera certainement pas l’occasion de se réconcilier avec les Ivoiriens.

S.O

Source : lematindabidjan.com

Les Verts D'Europe  verts au parlement europeen       Le logo des verts de France  Ecolo   FéPEV-RAO     

Reproduction interdite du site

haut de page haut de page