Le parti Ecologique Ivoirien



Processus de paix : Fologo invite les Ivoiriens à la vigilance
   
Dernière mise à jour : 23 Sep 2007
 Politique
Laurent Dona Fologo  
Pour leur première sortie officielle, ce fut une réussite en matière de mobilisation pour les femmes du Rassemblement pour la paix (RPP). C’était samedi dernier, à la place Ficgayo à Yopougon, en dépit de la pluie diluvienne qui s’est abattue sur la capitale le matin. Elles sont venues de presque toutes les communes du district d’Abidjan mais aussi d’Agboville et de Sikensi pour célébrer le retour de la paix et apporter leur soutien à l’Accord politique de Ouagadougou. Le mouvement créé le 30 avril 2003 par le président du Conseil économique et social (CES), Laurent Dona-Fologo, qui préside également à ses destinées, en a profité pour présenter les différentes responsables, notamment les coordinatrices et responsables des secteurs dans les différentes communes. De quoi réjouir le président-fondateur qui a félicité Mme Anonkoua Emiliène, présidente du comité d’organisation et ses sœurs pour la qualité du travail abattu. Avant de les inviter à persévérer jusqu’au retour définitif de la paix et du bien-être social du peuple ivoirien. Laurent Dona-Fologo a expliqué à ses «amazones» et aux Ivoiriens les raisons de la création de ce mouvement. Il s’agit, a-t-il dit, de «rester fidèles aux idéaux fondamentaux du Président Félix Houphouet-Boigny, notamment, la paix». Il les a remerciés d’avoir compris ce message et accepté la continuité qu’incarne le Président Laurent Gbagbo. «J’invite les femmes à rester mobilisées, vigilantes et engagées pour la paix et la prospérité de la Côte d’Ivoire», a-t-il déclaré. Car il considère que les menaces sur le processus de paix n’ont pas entièrement disparu. Et que d’autres efforts sont nécessaires, selon lui après la résistance patriotique pour laquelle il a félicité la commune de Yopougon. «Acceptez tous les sacrifices pour vos enfants, pour qu’ils soient, demain, plus grands que nous». A l’endroit des médecins et de tous les grévistes en quête d’un meilleur salaire, il a rappelé qu’«on ne partage pas la misère». Il a salué la fermeté du gouvernement, un signe de la lutte contre «l’impunité». «Ne vous trompez pas, tout n’est pas encore gagné. Restez vigilants. La fin de la guerre est délicate», a-t-il dit. Pour lui, «la guerre est la principale cause de nos problèmes». Il a invité les Ivoiriens à cultiver le goût du travail et à dénoncer ceux qui se sont enrichis dans le cafouillage durant cette guerre.
Il a fustigé, en revanche, le comportement des personnes qui se réclament de la philosophie d’Houphouet-Boigny mais qui cautionnent la destruction du pays, l’écoulement du sang et la manipulation de la communauté internationale en faisant croire à une «guerre civile» par pur égoïsme et par refus de l’alternance. «Nous ne sommes pas ces égoïstes qui ne construisent que leur village». De même, il ne comprend pas que des gens se proclament déjà Président alors même que des élections n’ont pas eu lieu. Autant «arrêter» d’organiser les élections. Il s’est également offusqué face à la subite mobilisation dans les états-majors des partis politiques de l’opposition, désormais «nantis de l’argent de l’Etat» et aussi parce que Laurent Gbagbo favorise l’expression démocratique. Alors que, selon lui, ils se sont terrés en 1999 en pleine guerre, même face à leurs propres militants déplacés de guerre. «Où étaient-ils, ceux-là, qui se rassemblent aujourd’hui, le 24 décembre? Où étaient-elles, ces foules innombrables?», s’est-il demandé.
Le président du RPP a promis d’apporter une aide aux femmes de son mouvement pour exercer des activités rémunératrices et lutter ainsi contre la pauvreté. Toutefois, il a exhorté les femmes mais aussi donné des instructions au secrétaire général, Ouattara Gnonzié, pour mettre fin aux tentatives de divisions. Il estime qu’un bon chef devrait travailler avec tout le monde, surtout que «des fauteuils» existent pour tout le monde dans la maison. Et ce, en attendant la tenue des premières assises qui vont tout redéfinir.
Mme Anonkoua Emilienne et la porte-parole des deux marraines, Me Hamza Attéa Patricia, ont rendu hommage au président du RPP pour son engagement dans le retour de la paix et réaffirmé leur soutien. Mme Anonkoua a salué l’initiative du Président Gbagbo d’organiser le dialogue direct. Elle a indiqué que 10.000 femmes adhèrent aujourd’hui au mouvement mais souhaite que le RPP se dote des structures pour son rayonnement. «Ordonnez pour la paix et nous suivrons», a affirmé la présidente du comité d’organisation. «Jamais, je ne vous quitterai», tel est le slogan que Me Hamza a confié aux amazones, les invitant ainsi à la fidélité aux côtés du président Fologo.

Paulin N. Zobo

Source : fratmat.info


Les Verts D'Europe        Le logo des Verts Mondiaux         Le logo des verts de France          FéPEV-RAO



Reproduction interdite du site

haut de page haut de page