Le Parti Ecologique Ivoirien



Pénurie de poisson frais à l'horizon Le port de pêche paralysé lundi



dimanche 20 juillet 2008 - Par Nod Sud
 


Pour protester contre la mauvaise gestion de leur secteur d'activité et surtout l'arbitraire dont est victime leur président, les armateurs à la pêche de Côte d'Ivoire ont décidé de bloquer le port de pêche. Les bateaux de pêche ne quitteront pas le port de pêche d'Abidjan ce lundi. Les armateurs ont décidé de d'observer à partir de ce jour un arrêt de travail illimité. Ils en ont saisi le ministre de la Production animale et des ressources halieutiques le mercredi. Selon le préavis des armateurs, leur mouvement ne prendra fin qu'avec la satisfaction de leurs revendications qui sont, entre autres, l'impact du coût du gasoil sur l'exploitation des armements, la mise en place d'une gestion durable des ressources halieutiques, les charges portuaires et les impôts supportés par la filière. Par ailleurs, les armateurs exigent de leur tutelle la levée de la suspension des licences de pêche de l'un de leurs membres. Selon des sources portuaires, tous les navires de l'armement Thalassa ont été interdits de mer pour un mois par le ministre Alphonse Douati après qu'un seul d'entre eux a pêché par inadvertance des dauphins, une espèce protégée. Thalassa, propriété du président des armateurs, Salim Maguiraga, s'est acquitté de l'amende exigée par le ministre et a purgé sa période de suspension qui a commencé à courir le 11 juin. Malheureusement, les services de Douati ne renoncent pas. Pour des raisons qui leurs sont propres, ils refusent de laisser travailler normalement l'armement. Après des jours d'un harcèlement aux objectifs obscurs, le très controversé Service d'inspection et de contrôle sanitaires vétérinaires en frontières ( Sicosav) est entré en scène. Ce service, dirigé par Dr Charlotte Amatcha que l'on dit être très “proche” du ministre, fait saisir le 13 juillet le produit de la pêche de Thalassa. 6 000 kgs de poisson vont ainsi pourrir sur le quai de débarquement. Pourtant, la mesure de suspension avait expiré depuis longtemps. Salim Maguiraga n'a pas voulu s'exprimer pour le moment sur la question. Mais, il faut rappeler que le patron de Thalassa a mené jusqu'ici une lutte farouche contre les bateaux chinois qui pillent les eaux ivoiriennes. Après des mois de silence gêné, le ministre Alphonse Douati a dû reconnaître que les navires chinois pratiquaient des méthodes de pêche prohibées avant de suspendre certains armements en cause. Mais, les professionnels du secteur affirment que cela n'a été que de la poudre aux yeux, les Chinois jouissant d'appuis haut placés. Au port de pêche, l'on craint que le président du syndicat ne fasse les frais de son activisme. Affaire à suivre.


Kesy B. Jacob



Source : nordsud.htm

Les Verts D'Europe  verts au parlement europeen       Le logo des verts de France  Ecolo   FéPEV-RAO     

Reproduction interdite du site

haut de page haut de page