Le Parti Ecologique Ivoirien



Le passeport biométrique désormais disponible Le ministre Désiré Tagro en donne les raisons


jeudi 31 juillet 2008 - Par L'Intelligent d'Ab idjan
 


Le lancement officiel de l’opération de production des nouveaux passeports ivoiriens, a eu lieu le mercredi 30 juillet 2008 au palais des congrès de l’hôtel Ivoire. Le président du Conseil économique et social, représentant le Président de la République, SEM Laurent Gbagbo, a, à cette occasion, reçu son passeport biométrique à puce électronique des mains du ministre de l’intérieur.

Au cours de la cérémonie de lancement officiel de cette opération, le ministre de l’Intérieur, Désiré Tagro, a rappelé les motivations du changement de ce passeport, qui répondent à une double exigence de sécurité interne et internationale. « Au plan interne, le mode actuel de production du passeport ordinaire ivoirien est manuel. Le passeport est produit par collage manuel de la photo du demandeur et par écriture, toujours à la main, des informations de personnalisation sur le carnet de passeport. Ce mode de production a rendu le passeport vulnérable aux falsifications », a expliqué Désiré Tagro. A l’en croire, deux impératifs internationaux ont participé de la décision d’abandon du passeport ordinaire, notamment la décision de la 23ème session de la conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de la CEDEAO et le renforcement des standards de sécurité par l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI), au lendemain de l’attaque du 11 septembre 2001, contre les tours du World Trade Center aux Etats-Unis. « Il était devenu impérieux et plus qu’urgent de changer le passeport ordinaire ivoirien pour, d’une part, faire barrage à la fraude sur l’identité et la nationalité ivoirienne, restaurer la crédibilité et l’image de la Côte d’Ivoire à l’extérieur et, d’autre part, inscrire la Côte d’Ivoire, malgré la crise, dans le mouvement du progrès, de la modernisation et de la sécurisation au plan international, du secteur des documents de voyages », a ajouté le ministre de l’Intérieur. Ainsi, la Société nationale d’édition de documents administratifs et d’identification (SNEDAI) et son partenaire belge ZETES industries, en collaboration avec l’Imprimerie nationale de France, sont chargés pour une durée de 15 ans, de produire le nouveau passeport ordinaire biométrique à puce électronique, valable pour cinq années et qui coûtera 40.000 FCFA à chaque demandeur. La procédure de délivrance du nouveau passeport a été simplifiée, à travers l’ouverture de plusieurs sites d’enrôlement et de délivrance (5 à Abidjan, 4 à l’intérieur du pays et 4 à l’étranger). « Quelle que soit l’efficacité des techniques utilisées, si les hommes veulent tricher, ils le feront. Mais, la première condition pour lutter contre la tricherie, c’est la volonté de l’homme lui-même et je voudrais souhaiter à tous nos partenaires, de réaliser cette opération avec sérieux et rigueur, car il y va de la paix et de la stabilité en Côte d’Ivoire », a indiqué Laurent Dona Fologo.


Olivier Dion

Source : intelligentdabidjan.org

Les Verts D'Europe  verts au parlement europeen       Le logo des verts de France  Ecolo   FéPEV-RAO     

Reproduction interdite du site

haut de page haut de page