Le Parti Ecologique Ivoirien



Moins d`un an après son éviction de la Primature - Konan Banny présage un drame



 jeudi 8 janvier 2009 - Par Le Temps



L`ancien Premier ministre Charles Konan Banny n`est pas du tout content de son éviction de la primature. Il en veut terriblement au Président Laurent Gbagbo au point où il présage un drame.
L’ex-Premier ministre ivoirien, Charles Konan Banny a parlé du Président Laurent Gbagbo, dans une interview publiée hier, dans les colonnes d`un confrère. A la limite du défi, l`homme a tenu des propos révélateurs. Lisons plutôt : "ayez la patience d`attendre le bilan que je porterai à la connaissance de mes concitoyens. A cette occasion, vous saurez tout. Mais puisque vous êtes dans la métaphore, sachez qu`il m`a peut-être frappé, mais je suis encore vivant, peut-être que la prochaine fois, ce sera ma mort ! Qui sait ?" Il répondait ainsi, à une question qui le passait pour celui qui a donné au Président Laurent Gbagbo, le bâton avec lequel il l`a frappé, en présentant la démission de son gouvernement, alors que ce n`est pas lui qui l`a nommé. C`est son droit de répondre à une question. Mais de là, à dire " qu`il m`a peut-être frappé, mais je suis encore vivant ", comme si le chef de l`Etat voulait sa mort, lorsqu`il le remplaçait par l`actuel Premier ministre, le 28 mars 2007. Banny extériorise son état d`esprit, au moment où il quittait la Primature. Un esprit de revanche. Seule explication. Car, personne n`en est déjà sorti mort. D`Alassane Dramane Ouattara, sous Houphouët-Boigny, à Daniel Kablan Duncan (sous Bédié), en passant par Pascal Affi N`guessan et Seydou Elimane Diarra, tous sont passés à la Primature. Tous en sont partis, sans ruminer. Les deux derniers cités y étaient sous le régime actuel de Laurent Gbagbo. Pourquoi donc lui seul considère que le chef de l`Etat l`a frappé à mort, alors qu`il était seulement question de céder sa place à Guillaume Soro, qui venait de faire son entrée dans la République, au nom de l`APO ?
Que voulait Banny ? Que veut-il encore aujourd`hui, au point de présager le drame ? " Peut-être que la prochaine fois, ce sera ma mort! Qui sait ?" Il n`y aura pas de prochaine fois. Puisque Konan Banny n`est plus Premier ministre. Du moins, il n`en sera pas un de sitôt. En tout cas, pas sous le régime Gbagbo. Et personne ne pense à le frapper, pour qu`il en soit mort, comme il se l`imagine. En réalité, il nous amène sur une piste qu`il veut peut-être emprunter. Celle qui consiste à ne pas rater celui qui t`a raté. Et la prochaine fois, ici, ne signifie pas forcément que c`est lui qui sera frappé. Sait-on jamais, mais c`est tout comme !

Frimo D. Koukou
koukoudf@yahoo.fr

Source : abidjan.net

Les Verts D'Europe  verts au parlement europeen       Le logo des verts de France  Ecolo   FéPEV-RAO     

Reproduction interdite du site

haut de page haut de page