Le Parti Ecologique Ivoirien



Des rebelles attaquent Prikro 2 morts et plusieurs blessés graves




lundi 12 janvier  2009 - Par L'Intelligent d'Abidjan
 


Les populations du département de Prikro en général et en particulier celles du village de Gbrakro ne veulent plus de la présence des Forces Nouvelles sur leur territoire. La troisième incursion de quelques éléments des Fafn dans cette partie de l’Est de la Côte d’Ivoire a tourné au drame. Faisant deux morts et plusieurs blessés graves.

‘’Pendant que nous parlons de paix et d’unicité des caisses de l’Etat, il faut qu’on sache que les Forces Nouvelles du département de Prikro, sont encore dans une logique de guerre, de tuerie et de racket. Les populations de Gbrakro se sentent humiliées dans leur chair. Des éléments d’un certain chef rebelle répondant au nom de Mc Gyver, ont tué impunément le samedi 10 Janvier 2009, le jeune cultivateur Komena Koffi Alfred âgé de 24 ans à Gbrakro’’, a dit d’entrée de jeu M. Koffi Kouakou Jean, porte-parole des populations par ailleurs, directeur départemental de campagne du candidat Laurent Gbagbo à Prikro. Les rebelles en provenance de Bonguéra, selon le DDC, étaient à leur troisième tentative d’extorsion de fonds aux paysans ce 10 Janvier 2009. Comme argument, les hommes de Mc Gyver, à en croire le Pca de la Sonitra, accusent à chacune de leur incursion à Gbrakro, les jeunes paysans de détenir par devers eux du cannabis, afin de pouvoir extorquer de l’argent aux populations. ‘’ Dans la journée du 24 décembre 2008, des éléments des Forces Nouvelles venant de Bonguéra, sont rentrés à Gbrakro. Ils sont venus, selon eux, pour rechercher un certain Anzoumana Amadou, qui serait détenteur de cannabis. Profitant de la nuit, ce dernier a pu s’échapper. Ils ont fracturé la porte de sa maison et d’après eux, ils ont vu de la drogue dans sa chambre. Ils ont interpellé deux de ses frères, un dénommé Kobena Kouakou Brahima et l’autre Koffi Koffi dit Inza. Pour leur libération, la population de Gbrakro a dû cotiser à hauteur de 500.000 FCFA qu’ils sont allés payer à Bonguéra pour pouvoir retrouver leurs enfants. Ce qu’il faut savoir, c’est que cette opération est commanditée par un certain Arouna et le maître d’œuvre s’appelle Mc Gyver. Ils sont tous deux rebelles, basés à Bonguéra. Dans la nuit du 7 au 8 janvier 2009, ils sont revenus encore avec la même pratique. C’est-à-dire qu’ils viennent avec de la drogue, ils pénètrent dans une maison et ils disent avoir trouvé de la drogue dans cette maison. En représailles, celui qui serait le détenteur de cette drogue doit payer une forte somme d’argent pour être libéré, faute de quoi ils menacent de l’envoyer au tribunal de M’bahiakro’’, a expliqué Kouakou Jean. Et de rappeler qu’ils avaient déjà réussi à enlever trois personnes : Sinassi Lacina, N’guessan Koffi et Dramane Seydou. L’opération, toujours aux dires du DDC de Gbagbo, est commanditée par un certain Arouna, sous la supervision de Mc Gyver, tous deux éléments des FAFN basés à Bonguéra et la population a du payer 400.000 FCFA pour que ces enfants soient libérés. ‘’Dans la journée du 10 janvier 2009, ils sont arrivés à 4 heures du matin, avec toujours les mêmes pratiques. Cette fois-ci, au petit matin, la
population s’est levée et elle a exprimé son ras-le-bol. La population a encerclé les rebelles et pris de panique, ils ont dégainé avec les kalachnikov qu’ils avaient. Ils ont tiré et le nommé Kobena Koffi Alfred, âgé de 24 ans, a été mortellement atteint à la tête. Il y a eu un autre qui a été atteint à l’abdomen, un autre à la cuisse et un autre au bras. Malheureusement, le nommé Kobena Koffi Alfred est décédé et les trois autres ont été évacués sur Prikro et ils sont hospitalisés à présent à l’hôpital de Daoukro. La population a tenté de désarmer les rebelles. Il y a un qui a pris la fuite, un autre a été lynché et aux dernières nouvelles, il serait mort. Les deux corps, c’est-à-dire celui du frère Kobena Koffi Alfred, 24 ans, et celui de l’élément des Forces Nouvelles qui n’a pas été identifié, sont actuellement à la morgue de Daoukro’’, dira le responsable du FPI de Prikro, très en colère, et d’exiger que le désarmement soit fait pour que ‘’ses parents’’ se sentent en paix et mieux chez eux. ‘’C’est le lieu aussi de porter à la connaissance de l’opinion nationale et du gouvernement, qu’il est important que la brigade mixte soit reconstituée parce que la zone où les éléments des Forces Nouvelles sont venus exercer la police, appartient à l’ancienne zone de confiance. Nous ne comprenons donc pas cette intrusion des éléments des Forces nouvelles qui endeuillent aujourd’hui les populations de Prikro. Nous exigeons donc du gouvernement, du moment où le chef du gouvernement est secrétaire général des Forces nouvelles, étant donné que ses éléments ont escroqué la somme de 900.000 FCFA aux populations de Gbrakro, que justice soit rendue. Ses éléments ont blessé trois jeunes gens innocents qui sont internés à l’hôpital général de Daoukro. Il faut que le gouvernement puisse les prendre en charge. Il y a eu un cas de décès, il faut que justice soit rendue. Au moment où la Côte d’Ivoire est engagée véritablement sur le chemin de la paix, nous ne comprenons pas que ce genre de choses puisse arriver encore, d’où la nécessité de parler du désarmement. Pour que les populations se sentent en paix, il faut envisager sérieusement le désarmement. Prikro est pratiquement à la merci des Forces Nouvelles, puisque la base du CCI à Famienkro a été démantelée’’, a-t-il conclu. 

Dosso Villard

Source : lintelligentdabidjan.org

Les Verts D'Europe  verts au parlement europeen       Le logo des verts de France  Ecolo   FéPEV-RAO     

Reproduction interdite du site

haut de page haut de page