Le parti Ecologique Ivoirien





Crimes de guerre : Les femmes tirent la sonnette d’alarme

Dernière mise à jour : 10 Aug 2007 - 23:17 GMT

En dépit de l'existence d'importants instruments juridiques internationaux de l'homme et de droit international humanitaire, notamment de la résolution 1325 relative à la sécurité, la protection et au bien-être des femmes, les violations de leurs droits persistent surtout dans les zones de conflits. La Côte d'Ivoire n'est pas en marge de cette situation. Comme l'a avoué Mme la ministre de la Famille, de la Femme et des Affaires sociales, Mme Jeanne Peuhmond, le constat est clair. Mutilations sexuelles, esclavage sexuel, enrôlement forcé, viol, etc. ont été perpétrés par les ex-combattants. Car les violences faites aux femmes et aux filles constituent des armes de guerre dont ils se servent souvent. C'est donc pour faire connaître cette disposition légale contenue dans la résolution 1325 aux Ivoiriens afin qu’ils se l’approprient, que ce ministère organise depuis hier à l'hôtel Président de Yamoussoukro, un atelier décentralisé sur ladite résolution adoptée il y a 7 ans, déjà. Et dont notre pays est partie prenante. Cet atelier, placé sous le parrainage du Premier ministre, vise selon Mme Jeanne Peuhmond, à adopter une stratégie permettant de mettre en oeuvre cette résolution afin d'une réussite du processus de réconciliation et de reconstruction nationale. Car il est plus que nécessaire, pour Mme Jeanne Peuhmond, que les gouvernants associent les femmes à toutes les étapes du processus de réconciliation, au moment même où la paix pointe à l'horizon. La paix durable, selon elle, est à ce prix. Il en est de même pour les petites filles qui doivent faire l'objet de mesures de protection contre les actes de violences sexistes que sont le viol, l'esclavage sexuel, les tortures et contre toutes les autres formes de violences qui existent dans les situations de conflits armés.
Pour Mme Kouamé Flore qui représentait le Premier ministre à l'ouverture des travaux, la résolution 1325 vient rendre justice au rôle que jouent les femmes dans les préventions des conflits et dans le processus de consolidation de la paix et de la reconstruction nationale. Les femmes, a-t-elle poursuivi, ont cette remarquable capacité à transcender les clivages de toutes sortes, notamment culturels, religieux et autres, dans l'intérêt de la construction de la paix et de la promotion de la réconciliation nationale. C'est pourquoi, elle se dit convaincue que la stabilisation et la reconstruction de notre pays ne connaîtront aucun succès durable sans la participation active des femmes à la vie publique.
Quant à Mme Touré Massara, représentant le maire de Yamoussoukro, elle s'est réjouie de cet atelier décentralisé qui vient se pencher sur la condition des êtres les plus vulnérables dans les conflits et même dans la vie de tous les jours.
Notons que cet atelier prend fin aujourd'hui avec l'adoption de stratégies permettant une meilleure vulgarisation de cette résolution.

N'dri Célestin
correspondant régional


Les Verts D'Europe        Le logo des Verts Mondiaux         Le logo des verts de France          FéPEV-RAO



Reproduction interdite du site

haut de page haut de page