Le parti Ecologique Ivoirien



logo


Les Révélations de Yacouba Gbané : Licorne ne veut pas partir

samedi 21 juillet 2007 

(le temps) Depuis la suppression de la Zone de Confiance, les soldats français se tournent les pouces. Pour ne pas rester inactifs, ils font la cour aux populations afin de ne pas partir de la Côte d’Ivoire. Sur l’une des guérites du 43e Bima, il est mentionné : “La Licorne plus proche de vous”. Sur le panneau, on voit un soldat de la Licorne échanger avec un vieillard. Des jeunes enfants sont également de la partie. Une manière, dit-on, de chercher l’estime des populations qui les défendront en temps opportun.
Selon des habitants de la commune de Port-Bouët, des soldats français les approchent pour leur parler de la nécessité du maintien de la Licorne. “Ils nous font entendre que leur départ de la Côte d’Ivoire pourra entraîner un désordre. Ils demandent notre soutien”, fait remarquer Jean Pierre Kouamé, étudiant. Et d’ajouter : “Ils distribuent des biscuits aux enfants. Ils promettent d’organiser des journées de vaccination”. Mme Salimata Koné, commerçante est très amère. Elle ne comprend pas l’attitude de la soldatesque de l’Hexagone : “Ils sont, dit-on, chez nous pour nous empêcher de nous empoigner. Nous avons décidé d’enterrer la hache de guerre. Donc, ils n’ont plus de raison d’être ici”. Pourquoi l’armée française s’entête-t-elle à vouloir rester ici. Alors qu’une éventuelle reprise des hostilités n’existe plus ? Les deux ex-belligérants, à travers l’Accord politique de Ouagadougou, ont décidé de s’inscrire dans le processus de sortie de crise. Mettant ainsi fin aux souffrances des populations. Chaque fois, sur les antennes des médias occidentaux et ivoiriens, les responsables de l’armée françaises soutiennent que leur mission est d’empêcher la reprise des combats. Maintenant tous les fronts sont calmes. Les Forces de Résistances du Grand-Ouest ont déposé les armes. Le 30 juillet prochain, le Président Laurent Gbagbo et son Premier ministre, Guillaume Soro vont brûler à Bouaké les armes des ex-rebelles. La présence des soldats de la Licorne sur les bords de la lagune Ebrié a créé plus de problèmes que de solutions. A preuve, en novembre 2004, ils ont tué plus d’une soixantaine de jeunes Ivoiriens aux mains nues qui manifestaient aux abords de l’Hôtel Ivoire. A l’intérieur du pays, les informations font également état de ce que, la Licorne mène une campagne auprès des populations afin de rester en Côte d’Ivoire. Avec des apports connus. Les hommes du Général Antoine Lecerf essayent de mener des actions dites sociales. Derrière ces actions, se cache une volonté de jouer sur la psychologie des populations. Malheureusement, ils ne sont pas suivis par leurs hôtes. “Nous sommes fatigués de leur présence. Ils sont plus venus pour nous tuer que nous aider. Ça sera un soulagement pour nous s’ils partent”, font remarquer quelques habitants de Yamoussoukro. Les responsables de la Licorne interrogés hier, ont du mal à expliquer le slogan placardé sur l’une des guérites du camp militaire français d’Abidjan Port-Bouët. Par ailleurs, ils soutiennent que l’armée est prête à quitter la Côte d’Ivoire si les autorités ivoiriennes le souhaitent. “Nous sommes là pour la paix. Si notre présence est un problème qu’on nous le dise ouvertement”, expliquent-ils. Et de poursuivre : “Nous n’avons aucune intention de faire quoi que ce soit”.



Source : IvoireDiaspo


Les Verts D'Europe        Le logo des Verts Mondiaux         Le logo des verts de France          FéPEV-RAO



Reproduction interdite du site

haut de page haut de page