Le Parti Ecologique Ivoirien



Recette contre la guerre  des “non-enrôlés”    


lundi 13 octobre 2008 - Par Notre Voie
 


La FESCI
A peine débutées, les opérations d’identification des populations en vue de l’obtention des cartes d’électeurs et d’identité ivoirienne coincent. Les machines à enrôler de l’opérateur technique SAGEM Security étouffent face à l’affluence. Responsables politiques et candidats à l’enrôlement s’inquiètent, s’impatientent et tiennent des propos ou posent des actes qui font penser à une veillée de violences contre le «non enrôlement», après la guerre contre «la mal élection».
Ainsi, dans la matinée du vendredi 10 octobre, des étudiants, mécontents de ne pouvoir être enrôlés, se sont-ils emparés des valises de la SAGEM au quartier abidjanais de Williamsville pour réclamer de meilleures conditions d'enrôlement. La raison de ces échauffourées est connue : mobilisés par leurs responsables syndicaux, les étudiants qui ont pointé dès 4h du matin dans les centres de collecte se sont fait dire, vers 10h, après 6h d’attente, que 25 personnes ont été enrôlées, que «c'est fini, il faut repasser le lendemain !». En réaction, Augustin Mian, le très pacifiste et actuel Secrétaire général de la Fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire (FESCI), a revendiqué, pour son mouvement, ces perturbations qui contrastent pourtant avec les actes qu’il a jusqu’ici posés depuis son arrivée à la tête du puissant syndicat. «Nous les étudiants et élèves, nous sommes fatigués de cette situation de ni paix, ni guerre. Nous voulons qu'elle prenne fin définitivement pour que nous puissions aller à l'école en toute quiétude. Nous ne voulons nullement être provoqués dans notre élan de nous faire recenser. Nous n'accepterons pas qu'on nous frustre de notre droit d'accès à la carte nationale d'identité. Nous ne voulons pas qu'on nous prive de notre droit de vote. Tant qu'il y aura un étudiant ou un élève qui ne se sera pas recensé, cette opération ne s'arrêtera pas !», avertit le leader scolaire et estudiantin (Notre Voie n° 3105, page 2).
C’est cette inquiétude que M. Martin Sokouri Bohui, Secrétaire national chargé des Elections au FPI (parti au pouvoir), a sûrement voulu exprimer, par anticipation, le vendredi 3 octobre 2008 (lire Notre Voie n° 3098, page 2). L’homme a été mal compris, mais, par la suite, le président du parti au pouvoir, Pascal Affin N’Guessan, s’est mieux exprimé devant le Représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU en Côte d’Ivoire (Notre Voie n°3104, page 4). Malheureusement, certains adversaires politiques avaient déjà appelé leurs militants à «s’opposer à la violence du FPI», là où ils devaient joindre leur voix à celle du parti présidentiel pour conjurer le syndrome du «mal enrôlement», voire du «non-enrôlement» des Ivoiriens développé par SAGEM de nos jours.
L’opération d’enrôlement et d’identification des électeurs, selon les chiffres fournis par l’Institut national de la statistique (INS), doit concerner 12 millions d’Ivoiriens. Avec 6.000 ordinateurs annoncés (valises), chaque machine aura à traiter 2.000 personnes. A raison de 25 personnes par jour, SAGEM mettra, sans panne technique et sans défaillance humaine, 80 jours ouvrables, soit au moins trois mois, pour enrôler les 12 millions d’électeurs. Mais, après, il faudra ajouter, à ce délai, ceux du traitement des fiches, de l’affichage des listings en vue de rattraper les erreurs de la confection des cartes et de leur distribution.
En tout état de cause, de sérieux doutes planent sur la tenue des élections à la date du 30 novembre 2008. Les responsables du Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (RHDP, opposition coalisée autour de l’ex-rébellion), en s’opposant à l’organisant des élections par l’INS, l’une des plus fiables institutions dans le domaine des élections en Afrique, ont favorisé l’irruption de SAGEM Security dans nos affaires électorales. Ils ont favorisé ce cafouillage qui a cours dans l’identification des populations. A présent, l’heure doit être à la réflexion pour rassurer les Ivoiriens afin que leur pays ne replonge dans des violences contre le «non enrôlement» après la guerre contre la «mal élection» qui le défigure depuis septembre 2008.

cesaretou2002@yahoo.fr C.E.

Source : notrevoie.com

Les Verts D'Europe  verts au parlement europeen       Le logo des verts de France  Ecolo   FéPEV-RAO     

Reproduction interdite du site

haut de page haut de page